La Blockchain Association condamne le projet de loi sur la cryptographie du sénateur Warren

  • La Blockchain Association s'oppose au projet de loi sur la cryptographie du sénateur Warren
  • Des lettres ont été envoyées au Congrès américain contre le Digital Asset Anti-Money Laundering Act de 2023
  • Le projet de loi pourrait nuire à l'industrie minière de la cryptographie et des discussions sont prévues pour discuter des risques potentiels

Mardi 13 février, la Blockchain Association a adressé une lettre au Congrès américain s'opposant au Digital Asset Anti-Money Laundering Act de 2023 (DAAMLA) rédigé par la sénatrice du Massachusetts Elizabeth Warren.

Auparavant, la Blockchain Association avait formulé une lettre similaire contre le projet de loi DAAMLA qui cherche à imposer des mesures restrictives sur les actifs cryptographiques. Dans leur première lettre, la proposition de la Blockchain Association était soutenue par 40 signataires issus de responsables travaillant dans l'armée américaine, les unités de renseignement et les centres de sécurité nationale.

Aperçu de la législation cryptographique du sénateur Warren

Le rapport indique que les décideurs américains n'ont montré aucun intérêt pour cette question après que l'association a soumis sa première lettre fin novembre. Un examen de la lettre a démontré que l’association se concentrait davantage sur le rôle de la cryptographie dans la guerre Hamas-Israël.

La Blockchain Association condamne le projet de loi sur la cryptographie du sénateur Warren

La première lettre ne se concentrait pas davantage sur le projet de loi DAAMLA et sur le projet de loi sur la cryptographie présenté par la sénatrice Elizabeth Warren.

En réponse à la première lettre, le sénateur du Massachusetts a affirmé que la Blockchain Association s'opposait aux efforts déployés par le Congrès et l'administration Biden pour protéger les investisseurs contre les activités d'exploitation de la cryptographie.

Elle a noté que la Blockchain Association comprend d'anciens fonctionnaires possédant une vaste expérience dans les domaines de la défense, de l'application de la loi et de la sécurité nationale. Le sénateur Warren a condamné la Blockchain Association pour avoir sapé les efforts intenses déployés par la Maison Blanche pour lutter contre l'utilisation de la cryptographie dans le financement du terrorisme.

Elle a reconnu la contribution apportée par la Blockchain Association aux discussions sur la nécessité de réglementer les actifs cryptographiques. En novembre, l’association a organisé une réunion à Capital Hill pour délibérer sur des questions concernant la réglementation de la cryptographie.

/h2>

Après avoir soumis la première lettre, l’association a accepté de rédiger une deuxième lettre décrivant l’importance de la cryptographie pour l’économie américaine. Cette lettre souligne les risques liés à la mise en œuvre de la législation DAAMLA.

L’équipe Blockchain a déploré que la promulgation du DAAMLA entraînerait la perte d’emplois, ce qui menacerait l’avantage stratégique national des États-Unis. Le rapport indique que le projet de loi sur la cryptographie du sénateur Warren ne cible que quelques individus se livrant à des activités illicites.

La deuxième lettre a reçu 80 signataires de responsables soutenant les actifs cryptographiques. La lettre conteste le projet de loi DAAMLA sur l’utilisation répandue de la cryptographie dans des activités illicites.

Entre-temps, le sénateur Warren a reçu le soutien de 19 sénateurs concernant la législation DAAMLA.

La Blockchain Association rejette le projet de loi sur la cryptographie de Warren

Le rapport indique que les partisans du sénateur Warren ont discuté du projet de loi avec le Sénat. Le projet de loi DAAMLA est actuellement en cours d'examen, en attente de l'approbation du président de la commission sénatoriale des banques, le sénateur Sherrod Brown.

Avant l'approbation du sénateur Brown, la Blockchain Association était contre le projet de loi du sénateur Warren. L'association a noté que le projet de loi DAAMLA nuirait à l'industrie minière de la cryptographie, car il oblige les mineurs à se conformer aux exigences de connaissance du client (KYC) et aux règles de la loi sur le secret bancaire (BSA).

Avec les progrès technologiques, l'association a regretté que les mineurs et les validateurs de Bitcoin ne puissent pas se conformer pleinement aux exigences KYC et BSA. Dans cette dernière, l'association a révélé son intention d'organiser une autre réunion à Capitol Hill en mars.

La prochaine réunion de la Blockchain Association discutera du risque lié à l’approbation du projet de loi DAAMLA. L’association prévoit d’inviter les principaux décideurs politiques à examiner les défis auxquels est confronté le secteur de la cryptographie.

com si vous avez des questions Tokenhell n'