Buterin d'Ethereum met en garde contre les risques de la couche 2 dans un contexte de poussée d'évolutivité


Le co-fondateur d'Ethereum, Vitalik Buterin, a exprimé ses inquiétudes sur X concernant les risques potentiels associés aux solutions de mise à l'échelle de couche 2 (L2) d'Ethereum.

Les avertissements de Buterin surviennent au milieu d'un regain d'intérêt pour les technologies L2, qui promettent d'améliorer l'évolutivité d'Ethereum et de réduire les frais de transaction. Il prévient toutefois que ces progrès pourraient entraîner des risques importants de pertes financières permanentes en raison des vulnérabilités inhérentes.

Honnêtement, je suis environ 3 fois moins confiant dans le concept « simplifier la L1 même au détriment de L2 plus compliquées » qu'il y a cinq ans. Le défi est que lorsque vous pouvez faire un compromis entre le risque de bug L1 et le risque de bug L2, il n'est pas vraiment clair que ce dernier soit meilleur !

Buterin d'Ethereum met en garde contre les risques de la couche 2 dans un contexte de poussée d'évolutivité

/blockquote>

Buterin a établi une comparaison frappante entre les répercussions potentielles des pannes du système aux niveaux de la couche 1 (L1) et de la couche 2. Il a souligné que même si les défaillances L1 peuvent généralement être corrigées avec un impact limité à long terme, les failles L2 présentent un risque beaucoup plus grave, pouvant entraîner des pertes irréversibles pour les utilisateurs. Ce contraste, affirme-t-il, nécessite la mise en œuvre de mesures de sécurité plus strictes dans les solutions L2, similaires à celles protégeant L1.

Pour améliorer la sécurité et la fiabilité des frameworks L2, Buterin préconise l'intégration de fonctionnalités standard dans les solutions L1. Cette stratégie vise à réduire les risques liés aux contrats intelligents complexes et à la nature décentralisée des solutions L2, particulièrement sensibles aux bugs et aux vulnérabilités.

Buterin a également revisité le débat sur les compromis impliqués dans la simplification des protocoles L1 au détriment de la complexité des solutions L2. Marquant un changement significatif dans sa perspective, il se demande désormais si les avantages de la simplification de la L1 justifient les complexités et les risques potentiels qui surviennent au niveau de la L2. Selon lui, une approche plus équilibrée est nécessaire pour réduire les risques sur l’infrastructure à deux niveaux d’Ethereum.

En outre, le co-fondateur d’Ethereum a remis en question l’idée selon laquelle les efforts de mise à l’échelle devraient se limiter au niveau L2. Il a utilisé un scénario hypothétique pour souligner les conséquences désastreuses d’un échec du consensus en L1 par rapport à un bug en L2, soulignant le risque accru de perte financière permanente dans ce dernier scénario.

intelligence artificielle (IA) dans l'amélioration de la sécurité du réseau Ethereum. Il est particulièrement « enthousiasmé » par le rôle de l'IA dans la vérification formelle et la détection des bogues dans le code. Buterin a souligné que les « bugs dans le code » représentent le « plus grand risque technique » d'Ethereum, soulignant le potentiel de transformation de l'IA pour relever ce défi.

La confiance de Buterin dans l'IA complète la résurgence plus large du secteur, soulignée par les développements importants d'OpenAI et les réalisations remarquables de Nvidia. Cette revitalisation est également attestée par la flambée des prix des jetons axés sur l'IA, dont certains ont plus que doublé en valeur au cours de la semaine dernière, selon les données de CoinGecko.

Suivez-nous sur Google Actualités