La campagne anti-ESG coûte 13,3 milliards de dollars à BlackRock en raison des problèmes de désinvestissement aux États-Unis

  • La campagne anti-ESG a coûté à BlackRock 13,3 milliards de dollars en raison des désinvestissements aux États-Unis
  • Cependant, cela ne représente que 0,1% de leurs actifs sous gestion et l'entreprise a reçu un afflux de 138 milliards de dollars provenant d'autres États américains.
  • BlackRock tente d'équilibrer la pression politique avec son devoir envers les investisseurs et le secteur dans son ensemble réévalue sa stratégie d'investissement ESG.
  • La loi Fair Access du Texas suscite des inquiétudes quant à ses conséquences économiques sur l'État.

Les deux dernières années ont été marquées par une lutte entre BlackRock, la plus grande société de gestion d'actifs au monde, et les États dirigés par les Républicains sur les principes d'investissement environnementaux, sociaux et de gouvernance (ESG), selon le FT. Cette lutte a conduit certains États à retirer des fonds, mais un examen plus approfondi révèle une histoire plus complexe.

Les États dirigés par les Républicains ont retiré environ 13,3 milliards de dollars à BlackRock. Ce montant ne représente que 0,1 % de leurs 10 000 milliards de dollars d’actifs sous gestion. Les groupes anti-ESG y voient une victoire. Mais BlackRock a déclaré 138 milliards de dollars d’argent frais en provenance de la région Amériques en 2023. Cet afflux important montre leur solide performance, et le retrait de 13,3 milliards de dollars pourrait ne pas les affecter beaucoup.

Le tirage le plus important provenait du Texas Permanent School Fund (8,5 milliards de dollars). Pourtant, la Caroline du Nord, avec 18,4 milliards de dollars, poursuit les investissements de BlackRock. De nombreux États dirigés par les républicains ne retirent pas les investissements de BlackRock. Les retraits d’un côté sont compensés par la poursuite des investissements dans d’autres domaines.

La campagne anti-ESG coûte 13,3 milliards de dollars à BlackRock en raison des problèmes de désinvestissement aux États-Unis

Réponse de BlackRock  : équilibrer les intérêts

BlackRock a reçu des critiques de la part de groupes conservateurs concernant sa position sur le changement climatique. Pour remédier à ce problème, ils ont pris des mesures pour satisfaire les deux parties. L'entreprise a embauché des lobbyistes républicains et a co-organisé des événements avec des responsables du Texas. Dans le même temps, ils se sont opposés aux désinvestissements, arguant que ceux-ci nuisent aux bénéficiaires.

Le débat s’est élargi à un modèle industriel plus large. BlackRock et différents gestionnaires d'actifs ont réduit leur implication dans les campagnes de lutte contre le changement climatique comme Climate Action 100+. Cette attitude prudente pourrait provenir de tensions politiques, mais elle pourrait également refléter une réévaluation des dangers financiers et des avantages d’une contribution centrée sur le climat.

La campagne de désinvestissement n’a pas pu réussir pleinement. Par exemple, les responsables du Kentucky ont cité leur devoir de maximiser les rendements comme raison pour ne pas retirer de fonds de cette société de gestion d’actifs. De même, le trésorier de Caroline du Nord a critiqué l'orientation ESG de BlackRock. Cependant, le trésorier continue d’investir avec eux grâce à des frais compétitifs.

La loi du Texas suscite des inquiétudes

La loi texane « Fair Access », visant à punir les entreprises jugées peu favorables aux combustibles fossiles, a suscité des critiques de la part des entreprises locales. Une étude récente réalisée par un affilié de la Chambre de commerce du Texas suggère que la loi pourrait coûter à l'État des millions de dollars en recettes fiscales et nuire à son image favorable aux entreprises.

La saga BlackRock-ESG montre les difficultés d’investir pour de bonnes causes. Alors que certains États se concentrent davantage sur les convictions que sur les profits, l’entreprise tente d’équilibrer la pression politique avec son devoir envers les investisseurs. L’ensemble du secteur semble repenser la manière dont il gère le changement climatique, ce qui rend l’avenir de l’investissement ESG incertain.

Bitcoin Bull Run approche de nouveaux sommets historiques, déclare un analyste