Le Canada examinera l'état des actifs numériques, des pièces stables et de la CBDC dans le nouveau budget


Le gouvernement canadien a présenté son Énoncé économique de l’automne 2022 au public, laissant les passionnés d’actifs numériques retenir leur souffle alors que l’industrie est sur le point de subir un examen.

L’Énoncé économique de l’automne sert de « mini-budget » pour compléter le budget annuel principal du gouvernement. La vice-première ministre Chrystia Freeland a présenté le budget le 3 novembre devant les législateurs, mais la section sur « Aborder la numérisation de l’argent » a suscité l’intérêt des investisseurs en monnaie virtuelle.

Dans cette section, le gouvernement a noté que les monnaies numériques gagnaient en popularité et que le système financier du pays devra « suivre le rythme » des changements radicaux. Le rapport a mis en garde contre les défis inhérents à leur utilisation, affirmant que la classe d’actifs a été déployée pour éviter les sanctions mondiales et financer des activités illégales.

Le Canada examinera l'état des actifs numériques, des pièces stables et de la CBDC dans le nouveau budget

«Afin d’aider à relever ces défis au Canada, le budget de 2022 a annoncé l’intention du gouvernement de lancer un examen législatif du secteur financier axé sur la numérisation de l’argent et le maintien de la stabilité et de la sécurité du secteur financier», lit-on dans le rapport.

L’examen impliquera une consultation publique avant toute prise de décision, en se concentrant sur les domaines des « crypto-monnaies, des pièces stables et des monnaies numériques de la banque centrale ». Le gouvernement vise à discuter avec les fournisseurs de services d’actifs numériques, les investisseurs institutionnels et de détail et d’autres agences gouvernementales pour tracer la meilleure voie à suivre pour réglementer l’industrie.

La relation dynamique du Canada avec les actifs numériques

Le Canada est considéré comme la première juridiction nord-américaine pour les monnaies virtuelles devant les États-Unis. Le pays a fait la une des journaux lorsqu’il a annoncé le premier ETF de monnaie numérique sur le continent, attirant des millions de dollars de fonds d’investisseurs institutionnels.

Les choses ont rapidement mal tourné pour l’écosystème à la suite des manifestations qui ont secoué la capitale nationale contre les restrictions liées au COVID-19. Les manifestants se sont tournés vers les monnaies virtuelles pour collecter des fonds après que les plateformes de collecte de fonds traditionnelles leur en aient refusé l’accès.

Le premier ministre Justin Trudeau a invoqué un pouvoir constitutionnel rare qui lui permettait de geler le compte bancaire des manifestants et a ordonné aux échanges d’actifs numériques de suspendre le traitement des transactions liées aux personnes sanctionnées.

La Banque du Canada a révélé qu’elle était en pourparlers avec les législateurs pour créer un cadre juridique global pour les actifs numériques dans le pays. L’organisme aux prises avec le rôle d’être le chien de garde de l’industrie fermée affirme qu’il imposera une interdiction générale de la classe d’actifs.

Rob Morrow, directeur exécutif de Retail Payments Supervision de la banque, a déclaré que le régulateur « adoptera une approche basée sur les risques qui se concentrera sur les impacts sur les utilisateurs finaux et l’efficacité des services de paiement ».

Regardez : Le panel de la BSV Global Blockchain Convention, Blockchain pour la transformation numérique des nations

width= »562″ height= »315″ frameborder= »0″ allowfullscreen= »allowfullscreen »>