Le département du Trésor américain remet en question la viabilité de DeFi au milieu des risques


La finance décentralisée (DeFi) est certes sous le contrôle du régulateur aux États-Unis. Contrairement à l’accent mis sur les émetteurs de pièces stables et les échanges cryptographiques, le Trésor américain n’a pas encore manifesté son intention de supprimer le DeFi.

L’autorité américaine donne la priorité à une compréhension approfondie des risques auxquels la DeFi est confrontée. En particulier, l’autorité se concentre sur l’évaluation de la nature des risques que DeFi pose aux utilisateurs et au système financier au sens large. Dans son récent rapport, le Département du Trésor est disposé à atténuer les risques tout en facilitant le fonctionnement de DeFi.

Raisons de l’inquiétude du département du Trésor pour les projets DeFi

Le département du Trésor américain remet en question la viabilité de DeFi au milieu des risques

La finance décentralisée devient un point important à l’ordre du jour des différents régulateurs financiers, notamment aux États-Unis et en France. Les publications récentes des autorités des deux pays admettent analyser les risques inhérents aux projets DeFi et comment les développeurs pourraient résoudre les problèmes.

L’inclusion de DeFi dans le radar de l’autorité américaine n’est pas surprenante étant donné qu’il s’agit actuellement d’un élément essentiel du secteur de la cryptographie. Les rapports confessent que l’examen minutieux de DeFi découle des récents épisodes d’implosion d’échange et de faillites de prêteurs tels que Voyager Digital et FTX.

L’effondrement des banques orientées vers la cryptographie nécessite une mise en lumière des projets DeFi

Il est inévitable que DeFi soit confronté à l’attention réglementaire, en particulier avec le récent effondrement des banques orientées vers la cryptographie, notamment Silvergate Corp. Signature Bank et Silicon Valley Bank.

La nature destructrice de l’implosion soudaine observée à la suite de l’effondrement du groupe FTX en novembre met en lumière les projets décentralisés. Une préoccupation essentielle est de savoir comment le régulateur américain peut superviser les entités décentralisées et les services fournis.

Le département américain du Trésor a reproduit la décision de la Banque centrale française dans son rapport du 6 avril documentant l’évaluation de la manière dont les entités financières décentralisées se conforment à la réglementation anti-blanchiment. Le régulateur a remis en question la vulnérabilité des entités DeFi à devenir des outils de facilitation de la finance illicite.

Racontant les récents piratages, le Trésor américain dénonce le fait que la survenue de piratages majeurs fin 2022 révèle la vulnérabilité de DeFi aux attaquants. En outre, l’évaluation des risques a regretté que les entités DeFi subissent la possibilité que des auteurs soutenus par le gouvernement nord-coréen blanchissent des fonds par les canaux.

Vulnérabilité de DeFi au financement illicite

Le Trésor avertit que de tels événements indiquaient que les projets DeFi ne respectaient parfois pas les exigences de connaissance de votre client (KYC). Il met en évidence les incidents lorsque les projets DeFi contreviennent à la lutte contre le blanchiment d’argent en facilitant le financement illicite.

Le rapport d’évaluation des risques américain a reconnu que les projets DeFi supposaient un apport critique pour les cryptos. Le rapport de jeudi a observé que la plupart des projets DeFi ont déployé l’open source en prévision que la communauté pourrait repérer les vulnérabilités. Néanmoins, l’open source laisse les projets susceptibles d’être exploités par des attaquants.

Le Trésor américain avertit que les exploiteurs peuvent aggraver la vulnérabilité de DeFi chaque fois que les entités ne parviennent pas à rédiger des contrats intelligents avec prudence. Le rapport indique qu’un risque aggravé peut survenir sans un mécanisme permettant de désactiver rapidement son fonctionnement chaque fois que des exploits sont identifiés.

En outre, le rapport d’évaluation des risques exhorte les entités DeFi à donner la priorité à l’identification et à l’élimination des vulnérabilités émergeant dans le code open-source. Néanmoins, le rapport du Trésor dépeint la neutralité en ordonnant aux entités DeFi de renforcer les mécanismes de surveillance et les mesures d’exécution. Sa réalisation garantirait le respect des exigences légales, notamment en impliquant les acteurs du secteur privé.

Formulation de normes spécifiques à DeFi

Pendant ce temps, l’évaluation du Trésor américain s’aligne sur les conclusions publiées par la banque centrale française sur la nécessité de formuler des normes minimales spécifiques à DeFi. Le régulateur français signale la nécessité d’une ligne directrice sur l’évaluation des risques et les mécanismes utilisés lors de l’exécution de transactions financières vers des blockchains privées.

Le département du Trésor a laissé entendre qu’il répliquerait la suggestion du régulateur français de formuler une certification que les développeurs de projets DeFi devraient respecter. Il a exhorté le public à suggérer comment il pourrait vérifier qu’un projet DeFi particulier est considéré comme une institution financière, comme indiqué dans la loi sur le secret bancaire.

L’évaluation réalisée par le département du Trésor américain a considéré que la non-conformité observable dans plusieurs services DeFi découle d’une compréhension partielle de l’application de la réglementation AML. La compréhension inadéquate empêche les développeurs de projets DeFi de remplir les obligations réglementaires AML existantes.

com si vous avez des questions les articles sponsorisés et le contenu des communiqués de presse) et les opinions exprimées dans ces types de publications ne reflètent pas les vues de ce site Web