Les législateurs européens votent pour un leadership accru dans la technologie métaverse qui promeut les valeurs


Les membres du Parlement européen ont voté massivement en faveur d’un rapport de l’Union européenne appelant au développement de technologies du monde virtuel qui s’alignent sur les valeurs de l’UE, soutiennent les entreprises régionales et ne dépendent pas de pays extérieurs au bloc.
Mardi, les législateurs européens ont voté massivement pour que le bloc joue un rôle de premier plan dans l’élaboration des mondes virtuels, soulignant l’importance de réduire la dépendance technologique à l’égard des pays tiers et de soutenir les entreprises européennes.
« L’Europe ne peut pas se permettre de rester à la traîne dans la prochaine révolution numérique et nous ne pouvons pas non plus répéter les erreurs du passé », a déclaré le rapporteur européen Pablo Arias Echeverría.

« Alors que nous entrons dans le Web 4.0 avec le développement des mondes virtuels, nous devons jeter des bases ancrées dans des règles, des principes directeurs et des valeurs numériques solides de l’UE. L’Europe doit diriger cette transition, en plaçant les citoyens au cœur de notre avenir numérique !
Plus précisément, les députés européens de la commission du marché intérieur et de la protection des consommateurs ont adopté, par 31 voix pour, deux contre et huit abstentions, un projet de rapport d’initiative sur les opportunités, les risques et les politiques implications pour le marché unique des mondes virtuels, comme le métaverse.

Le rapport plaide pour que le bloc des 27 nations « assume un rôle de premier plan dans la création de mondes virtuels qui respectent et promeuvent les valeurs et les droits fondamentaux de l’UE tout en garantissant le plus haut niveau de protection des consommateurs ».
Le métaverse est l’exemple le plus connu d’espace virtuel partagé qui fusionne les réalités physiques et numériques, permettant aux utilisateurs d’interagir en temps réel grâce à la réalité augmentée et virtuelle. Il englobe un vaste réseau interconnecté d’environnements immersifs, d’expériences sociales et d’actifs numériques, créant un univers numérique parallèle où les gens peuvent travailler, socialiser et s’engager dans diverses activités.

Les législateurs européens votent pour un leadership accru dans la technologie métaverse qui promeut les valeurs

Le concept continue d’évoluer, principalement grâce aux progrès technologiques, et est considéré comme un espace transformateur pour la communication, le commerce et le divertissement.
Le géant américain de la technologie Meta (NASDAQ : META) a été un acteur majeur dans le développement et la promotion du métaverse, d’où son nom. Le PDG de Meta, Mark Zuckerberg, a
a exprimé son ferme engagement à construire le métaverse comme prochaine évolution d’Internet, et son entreprise a investi des milliards dans les technologies de réalité virtuelle (VR) et de réalité augmentée (AR) avec des produits tels que les casques Oculus VR.

Le rapport propose de remédier à ce type d’investissement non centré sur l’UE dans le monde virtuel.
« Actuellement, les mondes virtuels sont développés par quelques entreprises basées en dehors de l’UE, qui disposent des ressources et des capacités financières nécessaires », indique le communiqué de presse de l’UE. Le texte poursuit en disant que les députés de la commission ont voté pour « jouer un rôle de premier plan dans le développement de mots virtuels qui respectent et promeuvent les valeurs de l’UE » et favoriser « des conditions de concurrence équitables pour soutenir les entreprises européennes ».

Le rapport appelle également à l’application du cadre réglementaire déjà « robuste » de l’UE au développement et à l’application du monde virtuel. Cela inclut la loi sur les services numériques (DSA) et la loi sur les marchés numériques (DMA), qui introduisent un système complet de responsabilité et d’obligations pour les plateformes en ligne et peuvent être appliquées à la protection et au respect des droits des individus et des entreprises opérant dans des mondes virtuels.
Le règlement MiCA (Markets in Crypto-Assets) récemment adopté couvrirait l’utilisation des actifs numériques dans les espaces virtuels et prévoirait une identité numérique européenne qui donnerait aux utilisateurs un contrôle total sur leur identité numérique.

L’adoption du rapport par la commission du marché intérieur et de la protection des consommateurs fait suite aux plans de la Commission européenne pour le métaverse décrits plus tôt dans l’année.
Le 11 juillet, la Commission a présenté une stratégie sur le Web 4.0 et les mondes virtuels pour « piloter la prochaine transition technologique et garantir un environnement numérique ouvert et sécurisé pour les citoyens, les entreprises et l’administration publique de l’UE ».

Bien qu’il n’ait pas proposé de lois spécifiques pour régir les mondes virtuels, il a fourni un cadre pour l’approche de l’UE dans ce domaine et a reconnu la nécessité de nouvelles normes et d’une gouvernance mondiale pour superviser le développement du métavers.
Il définit également les mondes virtuels comme « des environnements persistants et immersifs basés sur les technologies 3D et de réalité étendue (XR) ».
Ce dernier rapport de l’UE s’appuie sur cette stratégie et souligne l’importance du leadership de l’UE dans ce domaine en proposant une approche qui s’aligne sur les valeurs et les priorités du bloc.

Regarder : Les jeunes ont besoin du métaverse
Nouveau sur la blockchain ? Consultez la section Blockchain pour les débutants de CoinGeek, le guide de ressources ultime pour en savoir plus sur la technologie blockchain.