Marlton envoie une lettre à Grayscale pour proposer une solution à la réduction GBTC

Une société de gestion d'investissement détenant des participations considérables dans le Bitcoin Trust (GBTC) de Grayscale souhaite que le gestionnaire d'actifs fasse quelque chose au sujet de sa prime.

Marlton a publié une lettre ouverte à Grayscale le 6 avril lui demandant de procéder à une offre publique d'achat de ses actions.

Actuellement, les actions GBTC se négocient avec une décote d'environ -8%. Les investisseurs achètent des actions de GBTC à la valeur liquidative (VNI), puis font face à un blocage de six mois avant de pouvoir être vendues sur les marchés de gré à gré. Lorsque le prix des actions GBTC chute en dessous de sa valeur liquidative, elles se négocient avec une décote.

Pendant des années, les actions GBTC se sont négociées à des primes relativement élevées ou à des prix plus élevés que leur valeur liquidative. Cela a diminué cette année, d'autant plus que de nouveaux produits structurés axés sur la cryptographie sont entrés sur le marché, jusqu'à ce qu'ils commencent à se négocier à rabais en février pour la première fois.

Une solution ?

Marlton pense que la réponse à ce problème est une offre d'achat aux enchères néerlandaise modifiée (MDATO) pour les actions GBTC, la qualifiant de "stratégie de fonds à capital fixe bien éprouvée qui est souvent initiée par des sponsors ou des gestionnaires dans le but de clôturer des remises sur la valeur liquidative" dans une déclaration accompagnant sa lettre.

Un MDATO voit la société fixer une fourchette de prix dans laquelle elle serait disposée à racheter des actions, permettant aux actionnaires de liquider les avoirs en les soumettant dans la fourchette s'ils le souhaitent. La société, dans ce cas, la société mère de Grayscale, Digital Currency Group (DCG), rachèterait une certaine valeur d'actions au prix le plus compétitif de la fourchette.

Si elle est acceptée, ce ne serait pas la première solution que Grayscale a essayée. DCG a acheté pour 250 millions de dollars d'actions GBTC, mais cela ne s'est pas traduit par un retour à une prime.

"L'achat autorisé approuvé est inefficace et cela a été démontré par la réaction du marché - une remise plus importante à NAV", a déclaré la lettre de Marlton.

Pour l'instant, il n'est pas prévu de mener un MDATO, selon Grayscale.

Le sentiment

Hier, Grayscale a annoncé son intention de présenter une nouvelle demande pour convertir GBTC en un fonds négocié en bourse (ETF) bitcoin. Marlton a également abordé ce problème, affirmant qu'il considère l'intention de présenter une nouvelle demande comme "simplement doubler une stratégie d'attente et de voir", étant donné que les demandes précédentes ont échoué.

Les niveaux de gris restent la force dominante dans le jeu des produits structurés cryptographiques, avec 39 milliards de dollars d'actifs sous gestion. Cependant, Marlton l'a déclaré et d'autres actionnaires sont frustrés et préoccupés par le fait que Grayscale n'a pas encore trouvé un moyen de renverser la vapeur, restant "non convaincus" par la confiance que la remise n'est pas un problème causé par la disparité de l'offre et de la demande.

Marlton a qualifié cette prise de "irresponsable", arguant que la remise s'est traduite par une perte de 3,1 milliards de dollars pour les actionnaires.

"Du point de vue de la gouvernance, nous sommes frustrés que le conseil d'administration puisse permettre à la direction de gaspiller la part de marché de la société au détriment des actionnaires de GBTC, tout en vous récompensant généreusement avec des frais de gestion de 2%, à la pointe du marché. Marlton et d'autres actionnaires ne tolérera pas une telle destruction claire de la valeur pour les actionnaires. "

Lorsqu'il a été contacté pour commenter, Grayscale n'a pas répondu aux déclarations faites dans la lettre de Marlton, mais a déclaré qu'il restait "100% engagé" à convertir le GBTC en ETF.

© 2021 The Block Crypto, Inc. Tous droits réservés. Cet article est fourni à titre informatif seulement. Il n'est ni proposé ni destiné à être utilisé comme conseil juridique, fiscal, d'investissement, financier ou autre.