Méfiez-vous de « l'argent de l'enfer »  : voici comment un échange cryptographique de Hong Kong a escroqué un client d'un million de dollars de Hong Kong

  • Escroquerie impliquant des billets de l'enfer et arrestation de trois employés d'un échange crytographique
  • Une victime trompée en transférant 1 million de dollars de Hong Kong contre du papier-monnaie sans valeur
  • Augmentation préoccupante des fraudes liées aux cryptomonnaies à Hong Kong et défi pour les autorités
  • Mises en garde de la police et tendance plus large d'activités illégales exploitant le système financier numérique.

Dans le cadre d'un développement surprenant dans le secteur de la cryptographie à Hong Kong, une escroquerie impliquant des « billets de l'enfer » a conduit à l'arrestation de trois employés d'un magasin d'échange de crypto à Tsim Sha Tsui.

Les suspects auraient trompé un client en lui faisant transférer 1 million de dollars de Hong Kong (environ 127 500 dollars) de Tether (USDT) en échange de monnaie contrefaite traditionnellement utilisée dans les rituels chinois. Cet incident marque une tendance inquiétante dans l’utilisation abusive des monnaies numériques à des fins frauduleuses.

Arnaque à la cryptographie  : arrestation et enquête policière

L'arnaque a été révélée lorsqu'un homme de 35 ans a signalé à la police de Hong Kong (HKPF) qu'il ne pouvait recevoir aucune monnaie réelle après avoir tenté de convertir sa crypto-monnaie dans le magasin.

Méfiez-vous de « l'argent de l'enfer »  : voici comment un échange cryptographique de Hong Kong a escroqué un client d'un million de dollars de Hong Kong

On lui a montré des piles de ce qui semblait être de l'argent liquide, mais qui étaient en réalité des « billets de l'enfer » : du papier-monnaie destiné à être offert au défunt et non à cours légal. La révélation de cette tromperie a déclenché une action policière immédiate.

La division des crimes technologiques de la HKPF a rapidement arrêté les trois hommes, âgés de 31 à 34 ans, impliqués dans l'opération frauduleuse.

Au cours de l'enquête, la police a confisqué 3 000 billets de banque, un coffre-fort et une machine à compter les billets, ce qui indique le caractère délibéré de l'escroquerie. Les suspects avaient convaincu la victime de transférer son USDT dans son portefeuille, pour ensuite lui fournir du papier sans valeur en retour, puis fuir les lieux.

Cet acte frauduleux pourrait notamment entraîner de graves conséquences juridiques pour ses auteurs. La loi de Hong Kong prévoit jusqu'à 14 ans de prison pour fraude. Les suspects sont également potentiellement responsables d'avoir acquis des biens par tromperie, ce qui entraîne une peine pouvant aller jusqu'à 10 ans.

Mesures préventives et implications plus larges

En réponse à cet incident et à des incidents similaires, la HKPF a publié un avis exhortant le public à utiliser uniquement « des échanges de crypto-monnaie sous licence et autorisés ».

Selon le rapport, ils ont souligné l'importance « d'inspecter les billets de banque » et d'être « vigilants quant à l'authenticité » des devises reçues lors des transactions.

En outre, cet incident fait partie d’un schéma plus large d’escroqueries liées à la cryptographie dans la région. Le mois dernier, les douanes de Hong Kong ont arrêté trois individus liés à une opération de blanchiment d'argent de 1,8 milliard de dollars de Hong Kong (228 millions de dollars) utilisant une plateforme de cryptographie et des comptes bancaires associés à des sociétés écrans.

Ces opérations mettent en lumière les méthodes sophistiquées utilisées par les criminels pour exploiter l'écosystème financier numérique.

Florence Yeung Yee-tak, commandante de la Division des enquêtes financières du Département des douanes, a souligné les difficultés rencontrées pour enquêter sur ces crimes en raison de « l'anonymat » inhérent aux crypto-monnaies et de l'absence de « frontières juridictionnelles ».

Selon Yeung Tak, le département s'appuie fortement sur le renseignement, l'analyse des flux de capitaux et des enquêtes financières approfondies pour lutter contre ce type d'activités cryptographiques illégales.

com