Les monnaies numériques des banques centrales pourraient signifier la fin de la démocratie


Les banques centrales mondiales, comme la Banque du Canada, considèrent leurs propres monnaies numériques comme un filet de sécurité pour se préparer à un avenir où la crypto-monnaie détrônera l’argent liquide en tant que roi. LA PRESSE CANADIENNE/Adrian Wyld

Semblables aux espèces, les monnaies numériques des banques centrales sont une forme de monnaie émise par les banques centrales.

Dans chaque pays, une banque centrale gère la monnaie locale et la politique monétaire pour assurer la stabilité financière. Contrairement aux espèces, les monnaies numériques des banques centrales devraient mettre à jour les infrastructures financières nationales en fonction de l’évolution des besoins de l’économie et de la technologie.

Les monnaies numériques des banques centrales pourraient signifier la fin de la démocratie

Dirigées par des institutions financières internationales telles que la Banque des règlements internationaux et le Fonds monétaire international, les banques centrales examinent les technologies, mènent des expériences et préparent des scénarios économiques nationaux. Cependant, les banques centrales ne peuvent pas – et ne doivent pas – identifier les conséquences sociales de la mise en œuvre de cette technologie.

La transition vers les monnaies numériques nationales donne aux gouvernements la possibilité d’automatiser les transactions et de créer des conditions dans lesquelles elles peuvent être dépensées. Cela soulève des implications cruciales sur la démocratie qui doivent être identifiées et prises en compte avant que les monnaies numériques des banques centrales ne deviennent une réalité.

Questions importantes à considérer

Les monnaies numériques des banques centrales devraient permettre aux autorités de contrôler complètement les finances de leurs citoyens. Les États seraient en mesure d’empêcher les citoyens d’acheter des services et des biens, et les gouvernements gagneraient une plus grande influence et un plus grand contrôle sur la vie des gens.

Par exemple, les sociétés pourront décider si empêcher une personne dépendante au jeu d’acheter un billet de loterie est une caractéristique positive de l’argent. De même, ils pourraient également être en mesure de décider si l’aide sociale ne peut être utilisée que pour la nourriture, les médicaments et le loyer.

Un homme utilise le guichet automatique Ethereum, à côté d’un guichet automatique Bitcoin, à Hong Kong en mai 2018. Les crypto-monnaies comme Ethereum diffèrent des monnaies numériques de la banque centrale car elles sont décentralisées et non sous le contrôle de l’État.

LA PRESSE CANADIENNE/AP, Kin Cheung

entre les mains des gouvernements, ne saperont pas les fondements déjà fragiles des démocraties. Ces deux questions soulèvent des discussions importantes sur l’avenir et nos valeurs en tant que société.

Que diriez-vous de partager les dépenses de santé ou les dons politiques avec les gouvernements et les entreprises  avec des caractéristiques financières différentes

Nous ne voulons pas laisser ces questions uniquement à ceux qui développent et mettent en œuvre des systèmes monétaires numériques, ou les soulever trop tard. Actuellement, les préoccupations concernant la démocratie sont à la traîne par rapport à la course à la mise en œuvre des monnaies numériques des banques centrales. Nous devons avoir ces discussions avant qu’il ne soit trop tard.

Maintenir la démocratie

En ce qui concerne les décisions liées à l’infrastructure de la monnaie numérique de la banque centrale, chaque pays devrait examiner si des changements structurels sont nécessaires pour maintenir un contrôle démocratique et des freins et contrepoids appropriés.

Cela s’applique non seulement aux banques centrales, mais également aux agences de sécurité et aux autorités chargées de la lutte contre le blanchiment d’argent et de la collecte des impôts, qui auront très probablement accès aux informations des utilisateurs et pourront geler les comptes et confisquer les fonds.

Un visiteur passe devant un logo pour l’e-CNY, une version numérique du yuan chinois, affiché lors d’une foire commerciale à Pékin, en Chine, en septembre 2021. La Chine développe une version électronique du yuan pour les transactions sans numéraire qui peuvent être suivies et contrôlée.

(AP Photo/Ng Han Guan)

Il appartient aux institutions démocratiques de garantir que des actions telles que le gel des comptes bancaires des dissidents politiques ne deviendront pas une pratique courante.

Il y aura ceux qui diront que les banques centrales ne font qu’examiner et préparer l’infrastructure et, le jour venu, ce seront les gouvernements qui rempliront les détails. Mais ce genre de réponse est inacceptable. Elle détache les concepteurs du système de ceux qui sont chargés de le faire fonctionner et, surtout, de ceux qui seront touchés par celui-ci.

Diverses discussions nécessaires

La délibération nécessite un mélange diversifié de représentants publics, y compris les marginalisés, les personnes âgées et les pauvres, les personnes vivant dans des endroits éloignés et les personnes handicapées. Les organisations sociales, les universités, les citoyens et la presse devraient mettre en lumière différentes perspectives.

Bien que les banques centrales soient chargées de présenter les problèmes sociaux sur la scène publique, les institutions démocratiques doivent prendre l’initiative sur cette question. Les pays ne devraient mettre en œuvre des monnaies numériques que s’ils peuvent garantir que leurs gouvernements et leurs autorités ne franchiront pas les lignes rouges. Ces règles et règlements doivent être élaborés immédiatement par les institutions démocratiques, et non exclusivement par les banques centrales.

mais un changement fondamental dans l’infrastructure financière mondiale

Ori Freiman ne travaille pas pour, ne consulte pas, ne détient pas d’actions ou ne reçoit de financement d’aucune entreprise ou organisation qui bénéficierait de cet article, et n’a divulgué aucune affiliation pertinente au-delà de sa nomination académique.