Paysage réglementaire de la cryptographie  : la CRF sud-coréenne révèle son plan d'échange pour 2024

  • La CRF sud-coréenne a dévoilé un plan d'échange pour 2024 afin de protéger le marché contre les échanges cryptographiques illicites et le blanchiment d'argent.
  • Le plan inclut des mesures renforcées de lutte contre le blanchiment d'argent, l'interdiction des échanges non conformes, et l'introduction d'un système de suspension préventive des transactions.
  • Le plan sera mis en œuvre en deux phases, avec une évaluation initiale du marché suivie d'une enquête approfondie sur les opérateurs qui ne respectent pas la réglementation.

Le régulateur sud-coréen, la Financial Intelligence Unit (FIU), est sur le point d'accroître sa surveillance des échanges cryptographiques dans le pays, l'agence ayant révélé ses projets d'échanges cette année.

La CRF sud-coréenne dévoile un plan de travail pour les échanges cryptographiques

Selon des informations locales, un « plan de travail 2024 » détaillé a été élaboré par la Cellule de renseignement financier (CRF). Ce plan vise à protéger le marché du won coréen contre les échanges cryptographiques illicites grâce à des procédures améliorées de lutte contre le blanchiment d'argent (AML) ; les opérateurs non conformes seront identifiés et supprimés, affirme le régulateur.

Le rapport local souligne que l'unité financière a élaboré la stratégie après avoir recueilli les points de vue de professionnels et d'entreprises suite à sa collaboration avec le Comité consultatif politique et les organisations concernées.

Paysage réglementaire de la cryptographie  : la CRF sud-coréenne révèle son plan d'échange pour 2024

La stratégie augmentera l'examen des rapports et l'inspection par la Corée du Sud des échanges d'actifs virtuels. De plus, les échanges d’actifs virtuels qui ne répondent pas aux normes réglementaires seront interdits dans le pays.

En outre, le rapport révèle des projets visant à introduire un système de suspension préventive des transactions pour les « transactions douteuses ». Ce système relèvera du Groupe d’action financière (GAFI).

En conséquence, il peut rapidement bloquer la dissimulation des produits du crime à toutes les étapes de l’enquête du parquet. Selon le rapport, la CRF envisage de mettre en œuvre ce système au niveau national.

L'unité entreprend des services de recherche d'experts pour explorer des cas étrangers et étudier l'introduction de mesures dans ce contexte. En outre, la CRF entend implorer les experts en la matière, tels que les comptables et les avocats, à coopérer dans la lutte contre le blanchiment d'argent.

Cette décision tend à améliorer la responsabilité et l’ouverture à la lumière des inquiétudes concernant les délits internes dans le paysage politique.

Le plan sera réparti en deux phases distinctes

Un processus d'inspection en deux phases fera partie du plan de l'unité financière, qui aura lieu au premier et au second semestre de l'année. Pour la première phase, la CRF commencera par évaluer la fonctionnalité du marché et ses capacités en matière de blanchiment d'argent.

Parallèlement, pour la deuxième phase, une enquête plus approfondie serait menée sur les opérateurs d'actifs virtuels qui ne respectent pas la réglementation. Cela protégera en fin de compte les utilisateurs, a affirmé le régulateur, en examinant et en expulsant ces opérateurs d'actifs virtuels. Lee Yoon-soo, directeur de la CRF, a déclaré  :

amélioration du système afin de renforcer le contrôle des rapports pour les opérateurs commerciaux d'actifs virtuels et, sur cette base, préparerons et répondre aux rapports de renouvellement sans interruption. Nous le ferons.

Les principaux actionnaires seront également évalués dans le cadre de cette politique, et ceux ayant des antécédents d'infractions juridiques ou de mauvais crédit social, tels que des défauts de paiement, seront soumis à des mesures de disqualification plus élevées.

com