Le PDG de Binance déclare que le Nigeria a « illégalement détenu » Tigran Gambaryan

  • Le PDG de Binance dénonce l'arrestation illégale des employés Tigran Gambaryan et Nadeem Anjarwalla par le gouvernement nigérian.
  • L'équipe de Binance s'était rendue au Nigeria pour répondre aux préoccupations des autorités sur les réglementations cryptographiques et les exigences de conformité.
  • Les autorités nigérianes ont tenté d'extorquer un paiement en cryptomonnaie à Binance pour résoudre les allégations portées contre elle, mais l'équipe a refusé. 4. Le PDG demande que Tigran soit libéré pour continuer à travailler sur la question échange avec le Nigeria, tandis que Nadeem a fui le pays en utilisant un passeport kenyan dissimulé.

Le PDG de Binance, Richard Teng, a déclaré que le gouvernement nigérian a créé un « précédent dangereux » pour toutes les entreprises du monde entier suite à la détention des deux employés de la bourse.

L'arrestation de deux employés de niveau intermédiaire suite à leur invitation à collaborer à des réunions politiques au Nigeria crée un « nouveau précédent dangereux pour toutes les entreprises du monde entier », a déclaré le PDG de Binance, Richard Teng, dans une déclaration publique le 7 mai.

Dans un récent article de blog, Teng a révélé qu'avant leur voyage au Nigeria, les dirigeants de Binance, Tigran Gambaryan et Nadeem Anjarwalla, s'étaient vu promettre un « passage sûr pour leurs réunions ». Cependant, malgré ces assurances, Teng a déclaré que les deux hommes avaient été « illégalement détenus » par les autorités nigérianes.

Le PDG de Binance déclare que le Nigeria a « illégalement détenu » Tigran Gambaryan

« Peu de temps après, la nouvelle de la détention de Tigran et Nadeem a fait le tour des médias du monde entier. Près d'un mois plus tard, le 23 mars, nous avons appris que Nadeem avait quitté une détention illégale. À partir de ce moment-là, les choses sont allées de mal en pis pour Tigran.

Richard Teng

Tigran Gambaryan et ses collègues se seraient rendus pour la première fois au Nigeria début janvier au sein d'une délégation de Binance pour participer à des réunions avec les autorités nigérianes afin de répondre aux préoccupations et de chercher des éclaircissements sur les questions concernant les réglementations cryptographiques et les exigences de conformité.

L'issue de ces réunions reste incertaine. Cependant, selon Teng, l'équipe de Gambaryan a été approchée « par des inconnus qui lui ont suggéré d'effectuer un paiement pour régler les allégations » après leur départ. Par la suite, le conseiller juridique de Binance a reçu un appel d'une personne affirmant son affiliation au Comité de la Chambre nigériane sur les crimes financiers.

« L'avocat a rapporté qu'on lui avait demandé qu'un paiement important en cryptomonnaie soit effectué en secret dans les 48 heures pour résoudre ces problèmes et que notre décision était attendue dans la matinée. »

Richard Teng

Le PDG de Binance a déclaré que l'équipe s'est sentie « de plus en plus inquiète » suite à cette demande et a décidé de quitter le Nigeria immédiatement, refusant d'effectuer le paiement par l'intermédiaire de son avocat.

« Nous avons bien entendu décliné la demande de paiement par l'intermédiaire de notre avocat, ne la considérant pas comme une offre de règlement légitime. […].»

Richard Teng

Le PDG de Binance a déclaré que malgré de nombreuses demandes, Binance n'avait pas reçu de détails sur les multiples allégations portées contre elle par les autorités nigérianes. Il a également souligné que si les autorités nigérianes veulent progresser sur la question de l'échange, Tigran « doit être autorisé à rentrer chez lui ».

Gambaryan, qui possède la nationalité américaine, a été arrêté aux côtés du Britanno-Kényan Nadeem Anjarwalla par les forces de l'ordre nigérianes en février dernier. Les deux ont été capturés dans un aéroport d'Abuja après que les autorités ont appelé des représentants de Binance à venir dans la capitale. Après leur arrestation, tous les services naira et peer-to-peer sur Binance au Nigeria ont été interrompus.

Anjarwalla aurait fui le pays en mars en utilisant un passeport kenyan dissimulé. Plus tard, des rapports ont fait surface selon lesquels les forces de sécurité nigérianes avaient pu identifier l'emplacement du représentant de Binance, l'arrêtant au Kenya à la demande du bureau nigérian d'Interpol. Gambaryan reste en détention et attend son procès prévu le 17 mai.