théorie minière : Pourquoi Bitcoin ne passe-t-il pas à un algorithme de preuve de travail résistant aux ASIC ?


La résistance ASIC est un mirage. Les circuits intégrés spécifiques à une application (ASIC) sont conçus pour faire une seule chose et surpasseront toujours le matériel à usage général.

« Les appareils de calcul à usage général comme les CPU, les GPU et même la DRAM font tous des compromis substantiels sur leur véritable potentiel afin d’être utiles pour le calcul général. »

–David Vorick, « État de l’exploitation minière de crypto-monnaie »

Au fur et à mesure qu’une crypto-monnaie « résistante à l’ASIC » prend de la valeur, quelqu’un finirait par trouver économiquement viable de produire un ASIC. Compte tenu du coût de développement élevé et de l’augmentation relativement plus faible de la rentabilité, pour un algorithme résistant aux ASIC, un tel marché serait encore plus susceptible d’être dominé par un seul producteur.

théorie minière : Pourquoi Bitcoin ne passe-t-il pas à un algorithme de preuve de travail résistant aux ASIC ?

Au lieu de cela, considérez les avantages d’un algorithme de hachage compatible ASIC. Les ASIC ont battu le matériel à usage général par des grandeurs qui ont rapidement freiné l’exploitation des botnets avec CPU ou GPU. Étant donné que les ASIC sont les outils les plus efficaces pour transformer la puissance en sécurité, une domination similaire de tous les taux de hachage disponibles à la sécurité de Bitcoin prendrait beaucoup plus de CPU ou de GPU avec une efficacité énergétique bien pire. Il est plus facile pour les fabricants d’entrer sur le marché, ce qui ouvre la production à plus de concurrence. Étant donné que le matériel est spécifique au réseau, les mineurs ne peuvent pas sauter sur les réseaux pour poursuivre chaque petit changement de rentabilité relative, ce qui se traduit par un taux de hachage plus stable. En raison du coût initial du matériel, les mineurs sont littéralement investis dans le succès du réseau.

Après plus d’une décennie, les ASIC ont rattrapé la miniaturisation de pointe. Les cycles de produits se sont ralentis. Cela réduit l’avantage des exploitants miniers ayant des liens étroits avec les fabricants, car la durée de vie plus longue du matériel lui permet de se propager davantage géographiquement. Lorsque les machines fonctionnent plus longtemps, l’investissement initial en matériel est plus faible par rapport aux coûts énergétiques en cours, ce qui favorise les emplacements avec une électricité bon marché. Bien que la Chine dispose d’une électricité relativement bon marché. solaires ou géothermiques abondantes dans le monde entier. Alors qu’auparavant, la plupart des taux de hachage étaient situés en Chine, la récente répression de l’industrie minière Bitcoin a accéléré une tendance à la baisse déjà existante. Espérons qu’une grande partie du taux de hachage en cours de migration apparaîtra dans de nombreux endroits différents.

Enfin, un changement d’algorithme de hachage nécessiterait nécessairement un hard fork. Compte tenu des avantages douteux, un tel hard fork serait extrêmement controversé.