La vérité derrière l'opposition de Bitcoin


Qu’ont en commun Saddam Hussein et Bitcoin ? Selon le gouvernement, ils ont tous deux des liens avec le terrorisme. En réalité, les deux menacent le dollar des États-Unis (USD) et son hégémonie mondiale.

« Le terroriste d’un homme est le combattant de la liberté d’un autre homme. – Gérald Seymour

Tout au long de cet article,:

1. Pourquoi la Réserve fédérale cible-t-elle l’inflation ?

La vérité derrière l'opposition de Bitcoin

2. Qu’est-ce que l’armée et le contre-terrorisme ont à voir avec la protection du discours inflationniste ?

3. Comment se fait-il que Bitcoin voit une opposition aussi forte de la part de certaines personnes au sein du gouvernement ?

Avant de pouvoir répondre à ces questions de manière approfondie. Pour cela, il faut d’abord se poser la question : Qu’est-ce que l’argent ?

La définition large de la monnaie a tendance à tourner autour du « moyen d’échange généralement accepté et reconnu d’une économie qui est utilisé pour faciliter le commerce des biens et des services ». En termes simples, l’argent est la réserve de valeur intermédiaire entre les transactions. Si l’argent n’existait pas, le commerce deviendrait beaucoup plus difficile. Un commerce exigerait que les deux parties aient les marchandises exactes dont l’autre a besoin. Par exemple, John est pêcheur et Michelle est menuisier. Qu’est-ce qui veut dire que Michelle a besoin de poisson en même temps que John a besoin d’une table ? De plus, combien de poisson vaut cette table ?

Cela a permis à notre civilisation de s’étendre et de croître beaucoup plus efficacement qu’elle ne l’aurait fait autrement, car le commerce intérieur et international devient presque impossible sans argent.

Pour la personne moyenne, il existe deux méthodes pour obtenir de l’argent :

1. du travail, du travail, des services).

2. Cependant.

Par conséquent, dans les deux scénarios, pour obtenir de l’argent. Avec cela,:

Argent = Temps + Énergie

Avec cette simple équation à l’esprit.

Notre système monétaire

Notre économie fonctionne sur un système monétaire centralisé, où au sommet se trouve la Réserve fédérale (la Fed). Le rôle de la Fed est de réguler le système monétaire et financier américain par le biais de la politique monétaire. Cela donne à la Fed la capacité de contrôler la masse monétaire. indépendamment de ce qui devrait naturellement se produire.

Bien que la Fed ait été créée en tant qu’entité privée, il n’est pas nécessaire de chercher plus loin que le conseil des gouverneurs pour se rendre compte qu’elle n’est qu’une extension du gouvernement. Le conseil des gouverneurs, qui oriente la prise de décision, est au cœur de la Réserve fédérale et est une agence gouvernementale. Par conséquent, bien que la Fed semble indépendante et impartiale, le gouvernement a une influence significative sur la prise de décision de la Fed et, par conséquent, sur l’orientation de la politique monétaire.

Compte tenu du rôle de la Fed dans la régulation du système monétaire américain, on pourrait conclure qu’elle s’efforcerait de maintenir le dollar américain à des caractéristiques monétaires saines. Cependant, depuis l’introduction de la Fed, l’idée d’une monnaie saine a lentement mais sûrement été sapée et détruite, avec une rupture complète qui s’est produite lorsque les États-Unis ont abandonné l’étalon-or en 1971. Plutôt que le dollar soit quelque peu adossé à l’or, il est maintenant adossé à la dette. Par conséquent, il devient relativement facile pour les États-Unis d’augmenter la masse monétaire.1 La Fed utilise quatre leviers clés pour contrôler la masse monétaire :

une) Opérations d’Open Market (OMO)  : La Fed a la possibilité d’acheter des bons du Trésor à court terme sur le marché libre. Ce faisant, les banques commerciales qui vendent ces bons du Trésor reçoivent un paiement sous forme de réserves bancaires accrues. Cela sert à deux fins. Premièrement, cette demande artificielle de bons du Trésor à court terme diminue les taux d’intérêt à court terme. Deuxièmement, avec l’augmentation des réserves bancaires et la baisse des taux à court terme, les banques commerciales ont tendance à prêter plus librement. Cela se traduit par une augmentation de la masse monétaire puisque les banques opèrent sur un système de réserves fractionnaires, selon lequel elles n’ont besoin de détenir qu’une fraction (généralement 10 %) de leurs dépôts/prêts totaux en réserves. Par conséquent, une augmentation de 1 $ des réserves peut entraîner une augmentation de 10 $ de la masse monétaire.2

b) Assouplissement quantitatif (QE)  : Le QE n’est généralement réservé qu’aux périodes de stress économique, sinon il est très similaire à l’OMO. La principale différence est qu’avec le QE, la Fed cible les bons du Trésor à long terme plutôt que à court terme. Cela provoque une suppression artificielle des taux d’intérêt à long terme, ainsi qu’une augmentation potentielle de la masse monétaire.

c) Taux de remise : La Fed a la possibilité d’ajuster le taux d’escompte. En abaissant le taux d’escompte/d’intérêt que les banques commerciales doivent payer sur les prêts à court terme, la Fed rend les emprunts plus favorables et, à mesure que les emprunts augmentent, la masse monétaire augmente également. Comme expliqué ci-dessus, les banques n’ont pas besoin d’avoir des prêts garantis à 100 %. Par conséquent, tout prêt créé a le potentiel de provoquer une augmentation de la masse monétaire.

ré) Modification des exigences de réserve  : La Fed a la possibilité de modifier les réserves obligatoires. Cette modification fait référence au montant des réserves qu’une banque doit détenir contre des dépôts dans des comptes bancaires. En abaissant les réserves obligatoires, les banques ont la possibilité de créer plus de prêts, ce qui peut entraîner une augmentation de la masse monétaire globale.

Dans les quatre exemples, lorsqu’un dollar est créé par l’expansion monétaire, il n’est adossé qu’à un passif. Par conséquent, une augmentation de la masse monétaire est soit une expansion du bilan de la Fed, soit un passif au nom de la banque qui a prêté l’argent.

En plus des nombreux leviers dont dispose la Fed dans son arsenal, la Fed vise ouvertement un taux d’inflation de 2% en glissement annuel. « Le Federal Open Market Committee (FOMC) juge qu’une inflation de 2 % à long terme, telle que mesurée par la variation annuelle de l’indice des prix des dépenses de consommation personnelle, est la plus conforme au mandat de la Fed pour un emploi maximal et une stabilité des prix. 3 En termes simples, la Fed cherche à atteindre une augmentation annuelle de 2 % du prix des biens et des services, parallèlement à une stabilité maximale de l’emploi et des prix.

quelque chose ne semble pas correspondre. Premièrement, cela n’a pas de sens que la Fed vise des prix stables. Par exemple :

● Les voitures ont été inventées pour réduire le temps passé à voyager.

● La production de masse a été introduite pour réduire le coût des marchandises pour le consommateur.

● Internet est né pour faciliter la communication et accroître le partage et la consommation d’informations.

● Spotify a été créé pour regrouper la musique en un seul espace facile d’accès.

● Netflix a été fondé pour permettre à n’importe qui d’accéder aux films sans avoir à se rendre au cinéma.

Et la liste continue. À aucun moment, l’ingéniosité humaine n’a été utilisée pour obtenir moins pour plus, à l’exception du ciblage de l’inflation.

S’il est possible de voir les prix augmenter (inflation naturelle) à travers des changements démographiques structurels ou des déséquilibres entre l’offre et la demande, les prix ont tendance à baisser sur le long terme. Cependant, en ciblant l’inflation, la Fed vise activement une augmentation régulière des prix dans le temps. Ils sont capables d’y parvenir grâce à l’expansion monétaire, ce qui crée une lente décroissance du pouvoir d’achat de la monnaie et, à son tour, une augmentation du coût des biens, des services et des actifs. Ce n’est pas naturel. Au lieu de cela. les prix devraient naturellement baisser et la devise devrait se renforcer.

Aditionellement, le chômage est-il une si mauvaise chose ? Avec un raffermissement de la monnaie et une baisse du coût des biens et services, le coût de la vie devrait également baisser. En retour. Dans cette optique, le chômage n’est peut-être pas le mauvais œuf qu’on prétend être. Au lieu de cela. la réduction des heures de travail et une lente augmentation du chômage comme un signe potentiel d’une économie saine et heureuse. Alors, quels sont les effets de l’inflation et à qui profite-t-elle ?

Quels sont les effets de l’inflation ?

Comme expliqué ci-dessus, la Fed, grâce à son arsenal d’outils, a la capacité d’influencer la masse monétaire dans le but d’atteindre des cibles d’inflation spécifiques. Cependant, ce ciblage a un coût. Comme mentionné ci-dessus, l’expansion monétaire pour atteindre les objectifs d’inflation affecte négativement le pouvoir d’achat, provoquant une augmentation du coût des biens, des services et des actifs. Cependant, comme cette destruction de pouvoir d’achat se produit progressivement au fil du temps, il peut être difficile pour la personne moyenne de saisir les effets néfastes de l’inflation. Quels que soient les impacts sociétaux et économiques*, les quatre principaux effets secondaires monétaires de l’inflation sont :

1. Dilution : Créer plus de dollars adossés à des dettes n’ajoute pas de valeur à l’économie. Au lieu de cela, il dilue la monnaie qui est déjà en circulation. Par exemple, si une pizza est coupée en quatre tranches, doubler la masse monétaire n’équivaudrait pas à doubler la quantité de pizza. Au lieu de cela, cela équivaudrait à couper ces quatre tranches en deux pour créer huit tranches.

2. L’intérêt: Comme expliqué ci-dessus, pour augmenter la masse monétaire, un passif doit être créé. Lorsque cela est fait, des intérêts doivent être payés sur ce passif. Par exemple, lorsque la Fed augmente les réserves bancaires pour les banques commerciales, elle paie des intérêts sur les réserves excédentaires (IOER). Par conséquent, en plus de la dilution de la devise, un passif avec paiement d’intérêts est créé. Non seulement l’inflation a dilué notre monnaie existante.

3. Perte de mesure précise  : Actuellement. la richesse, les biens, les services, les revenus, etc. en dollars. Le défi avec l’utilisation de l’USD comme moyen de mesure est que, comme la politique monétaire inflationniste détruit le pouvoir d’achat. Cela inhibe par inadvertance notre capacité à utiliser l’USD comme un bâton de mesure précis. L’USD serait une excellente forme de mesure si son offre était stable et cohérente. Or, ce n’est malheureusement pas le cas. Utiliser le dollar comme moyen de mesure, c’est comme essayer de construire une maison à l’aide d’une règle, où les mesures sur la règle ne cessent de changer de manière inattendue et imprévisible. Je doute que la maison soit structurellement saine.

4. Distorsion des indicateurs économiques  : L’USD est un indicateur crucial pour la prise de décision économique. Cependant, en menant une politique monétaire inflationniste et en masquant les tensions économiques par l’expansion monétaire. Par conséquent. à son tour, entravant sa capacité à s’adapter, à évoluer et à innover efficacement.

* Pour une ventilation plus détaillée des impacts sociétaux et économiques de l’inflation,: l’inflation au 21e siècle. »4

Compte tenu de ces effets secondaires de l’inflation, il peut être difficile de considérer favorablement l’inflation. De plus. est-ce qu’une augmentation de la richesse en dollars est tout ce qu’elle est censée être ? Une façon de voir la réalité de notre situation est de changer de support de mesure. Par exemple, vous trouverez ci-dessous un graphique du S&P 500 par rapport au S&P 500 divisé par le bilan de la Fed. Cette mesure alternative prend en compte l’expansion monétaire plutôt que de se fier uniquement au dollar.

Graphique de la réalité de la croissance des actions5

la croissance de plus de 175% du S&P 500 au cours des 12 dernières années est, en réalité, plus probablement une perte importante si l’on tient compte de l’expansion monétaire. Cependant, il convient de noter que bon nombre de ces dollars créés sur le bilan de la Fed pourraient ne jamais atteindre le domaine public et, par conséquent, il est difficile de déterminer l’impact exact sur le pouvoir d’achat du dollar. Cela peut signifier que la perte n’est pas aussi drastique que -65 % ; cependant, la différence est encore loin d’être négligeable.

Pourquoi la Réserve fédérale cible-t-elle l’inflation ?

il peut être difficile de comprendre pourquoi la Fed ciblerait l’inflation alors qu’elle a des effets secondaires si négatifs. Cependant.

Gouvernement

Alors que la Fed met en œuvre une politique monétaire inflationniste, la population en général et les entreprises commencent à dépenser et à emprunter, provoquant une augmentation de la consommation de dette. Avec une augmentation de la dette. Habituellement, avec une demande accrue d’emprunt. Cependant, comme mentionné précédemment, la Fed dispose de quelques outils dans son arsenal qui lui permettent de supprimer les taux d’intérêt. De plus, en travaillant aux côtés du Trésor américain, les États-Unis sont en mesure de mettre en œuvre ce qu’on appelle la répression financière.

Répression financière

Concept introduit en 1973 par les économistes de Stanford Edward S. Shaw et Ronald I. McKinnon, la répression financière est la suppression des taux d’intérêt inférieurs à l’inflation, ce qui permet au gouvernement d’emprunter de l’argent à des taux extrêmement bas pour financer ses opérations.6 Cela profite grandement débiteurs et désavantage les créanciers, ce qui correspond au fait que les États-Unis sont le plus grand pays débiteur avec une dette publique totale de 28 100 milliards de dollars.7

Cette suppression des taux d’intérêt n’est pas naturelle et permet au Trésor d’obtenir des capitaux pour financer ses opérations par l’émission de bons du Trésor à des taux inférieurs à celui de l’inflation. Cela répercute indirectement le coût de l’emprunt sur le créancier, qui, dans ce cas, finit par être l’économie. En substance, la répression financière est une taxe furtive sur ses détenteurs de devises de deux manières :

1. Lorsque la Fed supprime artificiellement les taux d’intérêt, cela a un impact négatif sur les épargnants (par exemple, les régimes de retraite, les comptes d’épargne, les investissements à revenu fixe). Dans des environnements de taux d’intérêt normaux, les épargnants seraient récompensés sous la forme de taux d’intérêt raisonnables (c’est-à-dire qu’ils obtiendraient un rendement nettement supérieur sur leur capital). Au lieu de cela, les épargnants sont punis avec des taux d’intérêt supprimés et cette différence de performance est répercutée sur le gouvernement pour financer sa dette.

2. Pour supprimer les taux d’intérêt et stimuler l’inflation, le gouvernement doit mettre en œuvre l’OMO, le QE et d’autres politiques monétaires inflationnistes. Dans les trois cas. Cette expansion monétaire provoque une destruction du pouvoir d’achat, qui impacte directement les épargnants et les investisseurs obligataires, tout en bénéficiant aux débiteurs car elle réduit leur endettement.

Vous pouvez vous demander pourquoi quelqu’un prêterait de l’argent à des taux d’intérêt inférieurs à l’inflation. Malheureusement, ce n’est pas quelque chose que la population a beaucoup à dire. Le gouvernement met en place des mesures telles que :

● Exigences de réserve. Par exemple, les normes internationales de réglementation bancaire (Bâle III) encouragent les banques à détenir de la dette publique en lui accordant un traitement préférentiel pour satisfaire aux exigences de fonds propres.

● Le plafonnement des taux d’intérêt pour empêcher les taux d’intérêt de dépasser certains niveaux (c’est-à-dire le contrôle de la courbe des taux8).

● Régulation accrue des mouvements de capitaux entre les pays. Cela empêche les capitaux de sortir des États-Unis vers des options plus favorables.

Ces tactiques et réglementations assurent le flux continu de capitaux vers les bons du Trésor, permettant au gouvernement un accès constant aux liquidités pour financer les opérations et les diriger là où ils le jugent nécessaire.

Globalement, le gouvernement profite de deux manières de l’inflation et, plus particulièrement, de la répression financière.

Se financer

Par la politique monétaire inflationniste et la répression financière, le gouvernement n’a plus à agir dans le meilleur intérêt de sa population. En effet, il est capable de se financer, qu’il collecte ou non suffisamment de capital pour financer ses opérations par le biais de la fiscalité. Il est en mesure de se financer des manières suivantes :

a) Le Trésor américain émet des obligations d’État pour obtenir des capitaux pour financer ses opérations. Dans le cadre d’opérations normales, les banques commerciales et autres entités achètent ces obligations et, en retour, perçoivent les intérêts sur l’argent prêté au gouvernement. Cependant, via OMO et QE, la Fed peut acheter ces bons du Trésor auprès des banques commerciales. Ainsi, dans les faits, le gouvernement se finance en s’émettant et en se vendant des bons du Trésor et en utilisant les grandes banques commerciales comme intermédiaires.9

b) Grâce à l’impôt furtif de la répression financière, le gouvernement est en mesure d’emprunter du capital à des taux inférieurs à l’inflation, forçant les coûts d’emprunt à être répercutés sur le créancier. En fin de compte, cela réduit le fardeau de la dette du gouvernement et lui permet de se financer sans taxer explicitement sa population.

Réduction des effets déflationnistes de la dette

Le gouvernement a dépensé plus qu’il n’a fait grâce à l’impôt et à d’autres formes de revenus au cours de 19 des 21 dernières années.10 Depuis qu’il a accumulé d’énormes déficits pour financer ses opérations, il a accumulé une énorme dette. À mesure que le fardeau de la dette augmente, la pression déflationniste augmente également. La répression financière via l’expansion monétaire et la baisse des taux permet à la Fed de réduire les effets déflationnistes de la dette.

Les banques

Lorsque le gouvernement met en œuvre une politique monétaire inflationniste, le deuxième plus grand bienfaiteur est les banques. Comme expliqué ci-dessus, dans le cadre de notre système bancaire à réserves fractionnaires, les banques n’ont pas besoin d’être entièrement garanties (c’est-à-dire qu’elles n’ont besoin d’avoir qu’une partie de leurs passifs en réserves). Lorsque la Fed baisse les taux d’intérêt. Avec cette demande accrue, les banques sont en mesure d’augmenter la masse monétaire en augmentant le nombre de prêts qu’elles créent. À leur tour, ils profitent en percevant des intérêts sur ces prêts. Là où cela devient confus, c’est que cet argent n’existait pas dans le bilan de la banque avant la création du prêt.11 Lorsqu’un nouveau prêt est créé, la masse monétaire augmente à mesure que de l’argent est créé pour faciliter le prêt. Il est important de souligner que la majeure partie de l’argent de notre économie est créée de cette façon et non, comme la plupart des gens le supposent, par Jerome Powell de la Fed en appuyant sur le bouton d’impression.

De plus, lorsque la Fed prend des mesures telles que l’assouplissement quantitatif, cela donne aux banques de plus grandes réserves pour créer plus de prêts, permettant une plus grande expansion de la masse monétaire.12 Essentiellement, les banques aujourd’hui, dans le cadre du système de réserves fractionnaires, sont capables de générer des revenus en prêtant de l’argent qu’ils n’ont jamais eu en premier lieu. Ils créent de l’argent à partir de rien, et donc, tout comme le gouvernement, ils profitent eux aussi de la dilution de la monnaie.

Vous vous demandez peut-être, pourquoi les banques ont-elles autant de pouvoir ? Les banques sont le moyen pour le gouvernement de disperser les capitaux dans l’économie. Lorsque la Fed baisse les taux d’intérêt, ce sont les banques qui créent des prêts et diffusent du capital, ce qui aide la capacité de production, permettant une capitalisation supplémentaire de l’économie par le gouvernement sous forme d’inflation. En bref, les banques jouent un rôle central dans la capacité du gouvernement à tirer parti de sa population et des détenteurs de devises.

Cependant, le déboursement de capital n’est pas le seul avantage que les banques accordent au gouvernement. Le secteur financier est l’un des principaux contributeurs aux campagnes politiques et au lobbying. Lors des élections de 2020, les banques et les services financiers de Wall Street ont dépensé 2,9 milliards de dollars en lobbying et en contributions13. Par conséquent, non seulement les banques aident au déboursement du capital nouvellement créé, mais elles fournissent également un flux de revenus substantiel aux politiciens. C’est pour ces deux raisons que les banques ont autant de pouvoir.

De plus. c’est que le lobbying a un impact considérable sur la réglementation et le processus législatif.14 En faisant du lobbying, les banques peuvent influencer la législation pour garantir la mise en place d’une réglementation, protégeant ainsi leur position au sein du système financier. (par exemple, une réglementation anticoncurrentielle stricte, qui réduit les concurrents).

l’impôt sur le revenu, la taxe de vente, l’impôt sur les sociétés). Il peut effectivement se financer par une fiscalité cachée sous forme d’expansion monétaire ou de répression financière sans le consentement de sa population ou du détenteur de la monnaie. C’est pourquoi le gouvernement pousse constamment le discours sur l’inflation et continue de viser une productivité économique accrue. Plus un pays est productif, plus il y a de demande pour les biens, les services et la monnaie de ce pays. Cette demande accrue entraîne un renforcement de la monnaie. Plus la monnaie est forte, plus l’expansion monétaire qui peut être réalisée avant que sa population ne commence à en ressentir les effets négatifs est importante.

Cependant, l’inflation est une arme à double tranchant. Bien que le gouvernement et les banques profitent énormément de l’inflation, l’inflation s’accompagne de la dette. Comme mentionné précédemment, chaque fois que la masse monétaire augmente, le fardeau de la dette augmente également. Cela crée une boucle de rétroaction négative par laquelle pour assurer le service de la dette, plus d’argent doit être imprimé. Cela a un impact supplémentaire sur les détenteurs de devises de deux manières  :

1. Pour que le gouvernement continue à se financer et à tenir à distance les pressions déflationnistes, il doit augmenter davantage la masse monétaire. Cette expansion continuelle détruit le pouvoir d’achat de la monnaie.

2. À mesure que le fardeau de la dette augmente, le château de cartes qu’est le système financier devient de plus en plus instable. Lorsque les taux d’intérêt augmenteront inévitablement, les conséquences seront catastrophiques (comme celle de la crise de la dette asiatique ou de la décennie perdue du Japon), et c’est presque toujours le public qui en paie le prix car les pertes sont généralement socialisées.

Malheureusement, cela ne semble pas empêcher le gouvernement de continuer à faire tout ce qui est en son pouvoir pour s’assurer que le récit de l’inflation se poursuit.

L’esclavage des temps modernes

Approfondissons cette taxation non consensuelle par la politique monétaire. Par conséquent, comme l’inflation crée une perte de pouvoir d’achat – et l’oppression financière est la suppression des taux d’intérêt et le transfert des coûts d’emprunt sur le créancier – et si cela a été fait sans le consentement des détenteurs de devises, alors il s’agit d’un vol de leur temps et énergie. Bien qu’elle soit interdite depuis 1865, l’inflation sous cette lumière ressemble étrangement à l’esclavage, qui est aussi le vol de temps et d’argent.

L’esclavage, c’est lorsqu’une entité profite du temps et de l’énergie de quelqu’un d’autre, à ses frais et sans son consentement. Peu importe que la personne le sache ou non. Le gouvernement préfère utiliser le terme «inflation» car il cache leur intention sous-jacente et leur permet de donner l’impression de faire ce qui est le mieux pour la population.

Cette revendication de l’esclavage peut sembler stupide. Cependant, en 1862, une lettre confidentielle, diffusée par des capitalistes anglais parmi les banquiers américains. La lettre est ci-dessous :

« L’esclavage est susceptible d’être aboli par la puissance de guerre, et l’esclavage mobilier détruit. C’est ce que moi et mes amis européens sommes en faveur, car l’esclavage n’est que la possession du travail et entraîne avec lui le soin du travailleur, tandis que le plan européen, dirigé par l’Angleterre, est le contrôle du travail par le capital en contrôlant les salaires. CELA PEUT ÊTRE FAIT EN CONTRLANT L’ARGENT. La grande dette que les capitalistes verront à elle est constituée de la guerre doit être utilisée comme une mesure pour contrôler le volume d’argent ; pour ce faire, les obligations doivent être utilisées comme base bancaire. Circulaire sur les dangers, 186215

Il est évident que bien avant l’avènement du système monétaire actuel, l’immense contrôle que quelqu’un pouvait exercer, s’il avait autorité sur l’argent, était bien connu. Car si vous contrôlez le système monétaire, vous contrôlez l’économie, ou comme l’a dit Mayer Amschel Rothschild : « Permettez-moi d’émettre et de contrôler l’argent d’une nation, et peu m’importe qui fait ses lois ».

Robert Breedlove approfondit cette question avec son article perspicace, « Masters and Slaves of Money », où il compare l’expansion monétaire et son équivalent en heures de travail travaillées.16 En fin de compte, il a conclu que l’expansion de la masse monétaire M2 entre 1981 et 2020, divisée par la moyenne horaire des États-Unis (en supposant que le travailleur américain moyen travaille 2 000 heures par an) équivaut aux États-Unis à gérer 11,7 millions de personnes pendant 40 ans d’affilée. Il développe ensuite davantage : « Le temps volé par la Fed depuis 1981 est 341 % de plus par an que la traite négrière transatlantique. Avec 23,4 milliards d’heures volées chaque année, la Fed pourrait (en théorie) construire 2,3 grandes pyramides chaque année. En termes de temps humain absolu volé par an, la monnaie fiduciaire est le plus grand système pyramidal et institution d’esclavage de l’histoire de l’humanité.

« Personne n’est plus désespérément esclave que ceux qui croient à tort qu’ils sont libres. » – Johann Wolfgang von Goethe

Si tous les autres individus et entreprises ordinaires doivent ajouter de la valeur à la société pour gagner de l’argent pour payer leurs factures et fonctionner, pourquoi le gouvernement ne le ferait-il pas ? Que l’on classe ou non l’inflation et l’oppression financière dans l’esclavage, la plupart conviendraient que le fait d’avoir la capacité de s’autofinancer supprime l’offre et la demande réelles et, par conséquent, autorise le détenteur de ce pouvoir à agir dans son propre intérêt par opposition à aux intérêts des autres. De plus, lorsque cet autofinancement se fait au détriment de la population, cela peut devenir une pente glissante vers des régimes autoritaires préjudiciables.

Par exemple, une société monopolistique dans une petite ville exerce un contrôle global sur ses habitants. Cela peut donc créer des difficultés par des licenciements ou remonter le moral par des embauches et des augmentations de salaire. Ce contrôle de l’emploi et des salaires cultive le conformisme et empêche les gens de s’exprimer par peur de perdre leur emploi ou d’être mis à l’écart de la communauté. Dans le même ordre d’idées, toute entité qui contrôle la masse monétaire peut créer des difficultés économiques avec une restriction du capital ou l’illusion de prospérité économique grâce à l’expansion monétaire. Cela permet le contrôle de la population car, lorsque la population commence à acquérir son indépendance ou que le pouvoir de l’entité est enfreint, elle peut créer des difficultés économiques par le biais d’une contraction monétaire. Alternativement, ils peuvent donner l’illusion de la prospérité économique via l’expansion monétaire, ce qui contribue en outre à donner l’impression qu’ils font ce qui est le mieux pour la population et rétablit ainsi la confiance de la population. À aucun moment, l’entité n’est tenue d’offrir une valeur légitime à la société.

Pour clarifier, tant que le gouvernement offre un service qui apporte de la valeur à sa population et utilise le produit de la fiscalité avec les intérêts de la population à cœur, la taxation en vertu de mesures traditionnelles telles que l’impôt sur le revenu, la taxe de vente et l’impôt sur les sociétés n’est en aucun cas un vol. Au lieu de cela, les impôts sont une partie nécessaire de l’économie car c’est grâce à la fiscalité que le gouvernement peut obtenir des capitaux pour fonctionner et survivre.

Là où des problèmes de fiscalité se posent. Dans ce scénario. de taxe de vente et d’impôt sur les sociétés, pour n’en nommer que quelques-uns. Il s’agit effectivement d’une double imposition et permet au gouvernement de se financer sans avoir à offrir un service bénéfique à sa population.

L’avocat du diable

Il est juste de se faire l’avocat du diable et de reconnaître que cette information peut être interprétée de multiples façons. Dans ce cas, il a peut-être été faussé de présenter le gouvernement sous un jour négatif. De plus, on pourrait soutenir qu’il y a des avantages à l’inflation tels que :

● permettre au gouvernement d’obtenir des capitaux pour financer des programmes sociaux, médicaux, de protection sociale, etc.

● fournir des capitaux à l’économie, ce qui peut favoriser la croissance économique ;

● donner à la Fed la capacité d’amortir les tensions économiques ; et

● réduire les effets déflationnistes de l’endettement.

Ce sont des points justes, alors creusons plus profondément pour voir si le gouvernement a gardé à cœur les intérêts de sa population. Le vieil adage « n’écoute pas ce qu’ils disent, regarde ce qu’ils font » semble approprié.17

Vous trouverez ci-dessous un tableau qui examine les dépenses gouvernementales consacrées à la santé mentale et à la toxicomanie par rapport aux dépenses gouvernementales consacrées à la lutte contre le terrorisme. Il compare ensuite le nombre total de décès et les dollars dépensés par décès. Comme on peut le voir, si le gouvernement se souciait du bien-être de sa population, on supposerait qu’il orienterait les dépenses vers les domaines qui en ont le plus besoin. Malheureusement, cela ne semble pas être le cas. De plus. les États-Unis dépensent 450% de plus pour l’armée que pour les soins de santé.18

La vérité derrière le tableau des dépenses du gouvernement19

Pourquoi le gouvernement pourrait-il dépenser autant pour le contre-terrorisme et l’armée ?

Avant de pouvoir comprendre pourquoi le gouvernement dépense autant pour son armée et son contre-terrorisme.

Avant 1971, l’USD fonctionnait sur le système de Bretton Woods, une sorte d’étalon-or. Sous Bretton Woods, de nombreux pays étrangers ont accepté de maintenir un taux de change fixe entre leur monnaie et le dollar. En retour, les États-Unis ont convenu que chaque dollar en circulation était garanti et pouvait être échangé contre son poids en or. Cet accord est ce qui a donné la valeur USD. Cependant, en 1971, les États-Unis ont abandonné le système de Bretton Woods et sont passés à la norme fiat. La différence est qu’au lieu que le dollar soit adossé à de l’or, il n’est désormais adossé qu’à de la dette. Sur le plan international, cette décision n’a pas été bien reçue, et au cours des années à venir, le dollar a lutté.20 Les États-Unis ont dû de toute urgence trouver un moyen de maintenir leur statut de monnaie de réserve car le dollar était désormais menacé.

Au milieu des années 1970, les États-Unis ont trouvé un moyen, grâce à des accords bilatéraux avec l’Arabie saoudite (la plus grande organisation des pays exportateurs de pétrole, ou OPEP, producteur de pétrole à l’époque) d’influencer l’OPEP pour normaliser le commerce du pétrole, assurant les transactions were facilitated in USD.21 The petrodollar was born.22

Two benefits the U.S. has over every other country :

World Reserve Currency : Since the USD holds the global reserve currency status, most trade is made in USD. With this being the case, there is a vast amount of USD-denominated debt as countries have to obtain dollars to fund global trade operations. This constant demand for dollars to maintain/pay down USD-denominated debt and trade results in an artificial strengthening of the USD.

The petrodollar : This agreement with OPEC in the 1970s, ensuring that most oil trade was now priced in dollars, has provided tremendous benefits to the U.S. the need for oil is immense. Just like the world reserve status, the OPEC agreement has created a universal artificial demand for dollars, strengthening the dollar. Additionally, there is one other huge advantage the U.S. has over other countries. not only does the U.S. have a considerable influence over the price of oil, the U.S. can now purchase oil through the printing of dollars. These petrodollars are then recycled back into the U.S. via the sale of U.S. Treasury bonds to petrodollar nations. Ultimately, this allows the U.S. to fund itself. This system is called petrodollar recycling.

With both the petrodollar and the world reserve currency, the U.S. benefits greatly as there is this constant demand for dollars resulting in a strengthening of the currency. The U.S. government can then capitalize off this increased currency strength through monetary expansion and fund its operations. This grants the U.S. an extraordinary advantage over any other competing country as it can fund itself at the expense of another country. Any government which wants to compete globally is at the whim of the U.S. First, they have to obtain USD to purchase oil and trade. To do so, they must sell their currency in exchange for USD, which tends to devalue their currency. Second, the U.S. can capitalize off this USD currency holder through monetary policy by expanding the money supply for its own benefit. Ultimately, not only has the competing country had to devalue its currency in the purchasing of dollars, it now holds dollars that can be devalued for the benefit of the U.S.

What Do The Military And Counter-Terrorism Have To Do With Protecting The Inflation Narrative?

As I am sure it is now apparent, the purpose of the military and counter-terrorism is not to protect the people of the U.S. The military and counter-terrorism are there to aid the U.S. in its global hegemony and protect the government from any people or entities that infringe on its ability to capitalize off its currency holders.

Therefore, the best way to protect the U.S.’ global positioning is to fund the military and counter-terrorism. This will ensure global control and allow the U.S. to continue to push the inflation narrative. This explains the imbalance between mental health/drug addiction spending and counter-terrorism in the chart above. It also explains the significant imbalance when we look at global military expenditure, where globally, the U.S. has the highest military spending budget. The U.S. spends 308% more than China, which is in second place, and more than the subsequent 10 countries combined.

2020 Military Spending By Country Chart23

If the U.S. were to lose its monopoly on oil trade, we would see a significant drop in demand for the USD. This would most likely threaten its reserve currency status. If this were to play out, the U.S. could no longer capitalize off its global positioning, and it most definitely couldn’t expand the money supply to the same extent, without major repercussions and destruction of the USD’s purchasing power. Just to drive the point home one more time, this is why the U.S. is so highly incentivized to protect the petrodollar. The petrodollar helps ensure global reserve currency status, hugely enhancing its ability to continue legal theft/slavery through monetary expansion.

Where Does This Military Spending Go?

With the positioning of the USD, it is clear that they are incentivized to challenge anyone who attempts to interfere with their power. With this in mind, let’s dig into how and where exactly the U.S. directs their immense global authority and military power.

Although, first, we must detour so that we understand how the U.S. accrues power. This will allow us to understand why the U.S. does what it does when it comes to the military, a coup d’état (removal and seizure of a government and its powers), revolutions, and more.

The U.S. tends to operate in a three stage process when it comes to maintaining and growing their global powerhouse :24

1. Economic Hitmen : The big conglomerates and corporations within the U.S. send economic hitmen (EHM) into developing nations with large energy reserves. The goal is to “altruistically” offer to lend these nations money and help develop and build energy infrastructure. These proposals are usually under the pretense that the country will prosper and see an increase in living standards. However, there is an ulterior motive to these “altruistic” loans. EHM will overemphasize the returns of these energy projects, encouraging the targeted nations to take on significantly more debt than they’re able to support. These nations will struggle and eventually default under the debt burden. As a consolation, these U.S. military and/or political decision-making capacity. If they succeed, the U.S. If not, they move onto stage two.

2. Jackals: When these indebted nations refuse to play ball, the Jackals move in. These are CIA-sanctioned entities in charge of staging coups, revolutions, murder, abductions and assassinations.26 Examples of this are the coup against Chile’s President Salvador Allende,27 the coup against Brazil’s President João Goulart,28 and the coup to overthrow Iran’s Premier, Mohammad Mosaddeq,29 all supported by the CIA. To the average person, these events seem like domestic unrest, although when we dig deeper, there tends to be more sinister underpinnings. Usually, these events ensure that the U.S.

3. Military : Finally, if all else fails, the U.S. military moves in. The goal is to use brute force to ensure that the U.S. can continue to operate in its monopolistic ways. Military intervention is a way for the U.S. to wipe clean the current political party and put in place someone who aligns with U.S. foreign policy. Proposals for military movement tend to be under the facade of humanitarianism or counter-terrorism. This quickly gains the backing of the general population, the congressmen and the politicians and ensures that the U.S. can continue running its global powerhouse at the expense of the global population.

Within these three stages, the U.S. is able to enforce its authority globally and ensure that foreign nations comply. This may seem outlandish; however. time and time again. The following are examples of U.S. intervention.

Saddam Hussein

Fact: Iraq is in fifth place for largest known oil reserves, with 8.7% of the total known global reserves.30

In October 2000, Saddam Hussein announced that Iraq was going to transition to selling oil in euros. By February 2003, they had sold 3.3 billion barrels of oil, totaling 26 billion euros.31 In March 2003, the U.S. along with the U.K. invaded Iraq and overthrew Saddam. Three months later, Iraq was back to selling in dollars.

The U.S. has claimed they invaded Iraq to promote human rights as they had deep ties to terrorists such as al-Qaeda and held weapons of mass destruction (WMD). However, as there have never been any verified links between Saddam and al-Qaeda, nor any evidence supporting WMDs in Iraq, it looks more likely that their intention was to protect the petrodollar.32

Hugo Chávez

Fact:- Venezuela has the largest known oil reserves, with 18.2% of the total known global reserves.33

Since Hugo Chávez was elected president of Venezuela in 1999, he consistently threatened that Venezuela would stop selling oil to the U.S.34 In addition, Chávez regularly talked about raising oil prices, taxes and royalties so that Venezuelans could benefit from oil revenue instead of the U.S.35 Chávez did not believe that oil prices should be suppressed and that due to increasing oil demand, there was room for increased prices. However, an increase in oil prices will only benefit the oil producers, ultimately hurting the oil importers (i.e. the U.S.). Chávez aimed to use excess revenue generated by increased oil prices, taxes and royalties to be reinvested into various South American countries in a bid to increase the prosperity of Venezuela and other South American countries.

In April 2002, President Chávez was removed from office in a coup supported by the U.S. government.36 He was then forcefully asked to resign. After he was removed from office, he was kidnapped and finally replaced by Pedro Carmona, the head of Venezuela’s business confederation, Fedecámaras. This event was followed by mass protests by the Venezuelan people and certain army sectors until Chávez was returned and reinstated as president. Although there were many threats up to Chávez’s death, the U.S. was never cut off from Venezuelan oil.

Muammar Gaddafi

Fact: Libya is home to Africa’s largest oil reserves and is in ninth place for largest known oil reserves, with 2.9% of the total known global reserves.37

In 2009, Muammar Gaddafi proposed the idea of the gold dinar to the states of the African continent, a currency backed by gold and facilitated by the transition from selling oil in dollars to selling oil for gold.38 The gold dinar would be a way to divert oil revenues toward state-controlled funds and away from the U.S.

In October 2011, a NATO airstrike targeting Gaddafi loyalists forced him and his inner circle to flee. While fleeing, he was captured by Misrata-based militias and ultimately executed.39 As expected, with Gaddafi’s death also came the death of the gold dinar. Today, the majority of Libyan oil is priced in dollars.

Again, U.S. intervention reasoning was under the pretence of humanitarian interventionism. However, not only could human rights foundations not find any evidence to support this, in 2015, Wikileaks released a U.S. which detailed that Gaddafi’s government held 143 tonnes of gold intended for the establishment of the gold dinar.40 The U.S. knew about Gaddafi’s plans for the gold dinar.41 Therefore, what seems more likely is that they recognized that the petrodollar was under threat of attack, and they needed to react.

With the U.S. displaying a lot of concern for human rights and terrorism, one must find it strange that they haven’t chosen to take on :

● Saudi Arabia : There have been links between Saudi Arabia and terrorism, including connections between the Saudi Royal Family and al-Qaeda.42 There has even been evidence showing that the country’s crown prince, Mohammed bin Salman. Jamal Khashoggi.43 However, neither Presidents Trump nor Biden have shown any intent to go after Saudi Arabia.

Instead, whenever Saudi Arabian oil is under threat, the U.S. supports them. Why does the U.S. not want to take action? As explained above, the U.S. and Saudi Arabia have a deep bilateral relationship where the U.S. is not incentivized to go on the offense. Instead, the U.S. will do whatever it takes to protect the Saudis. Saudi Arabia has agreed to sell its oil in dollars, and, in return, the U.S. has agreed to give them access to U.S. arms and military protection. Saudi Arabia supplies the U.S. with a third of its oil, and between 2015–2019, Saudi Arabia alone purchased a quarter of all U.S. arms exports.44

● North Korea : In 2014, the Human Rights in North Korea Report by the United Nations Commission of Inquiry concluded that “the government committed crimes against humanity, including extermination, murder, enslavement, torture, imprisonment, rape, and other forms of sexual violence, and forced abortion.”45 Additionally, North Korea has publicly stated that it has WMDs.46 The U.S. could easily build a solid humanitarian case to infiltrate North Korea, as it did with Gaddafi. However, just like Saudi Arabia, the U.S. shows no signs of intervening. One reason the U.S. may be disinterested could be that North Korea has no proven oil reserves and, therefore, does not pose a threat to the U.S.47

As should now be evident, “do not listen to what they say, look at what they do” can give us a great deal of insight into the government’s agenda.48 We can now more easily understand why the U.S. seems significantly more interested in directing its government spending and military efforts toward protecting the petrodollar and its world reserve status than protecting human rights and the people of the U.S. Until we see a shift away from centralized monetary systems, this will, unfortunately, continue to happen.

Behind The Altruistic Curtain

Although we may never be able to answer with certainty why the U.S. went to war with Hussein and Gaddafi or chose to support the coup against Chávez, we can gain a great deal of information from their approach. Do you think it would be easier for the president to rally Congress and the general public under the altruistic premise that

● the U.S. needs to go to war on humanitarian and anti-terrorism grounds to defend its people

or, under the more legitimate rationale,

● to protect the petrodollar and its world reserve currency status, ensuring that the U.S. can continue to capitalize off its population and foreign currency holders.

Unfortunately, the former seems most likely. Hussein, Gaddafi and Chávez were directly attacking the petrodollar and the ability of the U.S. to capitalize off its currency holders. The most effective way for the U.S. to challenge them is to use its incredible global power to create a narrative relating to humanitarian/terrorism grounds, painting the so-called enemy in a negative light. This will ensure the backing of Congress and the American public, and with this backing and support, they can do what’s needed under the pretense of humanitarian interventionism/terrorism.

This misleading humanitarian/terroristic war narrative will continue as long as the petrodollar exists. In the eyes of the U.S. any threat on the petrodollar warrants a response, and no narrative supports the response better than altruism or defending one’s country. The U.S. will do anything to ensure its position is not encroached upon as a loss of the petrodollar or world reserve currency status would severely impact the U.S. and its ability to capitalize off its currency holders. This is why we see so much funding being directed toward counter-terrorism and the military, even though there is empirical evidence showing that military spending is detrimental to economic productivity and growth.49 The dollar depends on a strong military, and the military depends on a strong dollar.50 Without either, the U.S. is unable to continue its inflationary narrative.

Where Does Bitcoin Stand In All Of This?

*This piece is not so much about Bitcoin and its benefits but rather about how the U.S. operates and why Bitcoin is under threat. Therefore, I won’t go into too much detail about Bitcoin’s well-known benefits. For more information on the benefits of Bitcoin, check out::///culture/bitcoin-illusion-of-reality.

Bitcoin has the potential to give power to individuals, capitalize off stranded energy, increase economic productivity and boost innovation.51 We could, therefore, assume that this new exponentially growing technology would be adopted with open arms. However, although we have seen incredible adoption from certain areas of the general population and forward-thinking individuals, this is not true for the government. Like Hussein, Gaddafi and Chávez, bitcoin directly threatens governments’ ability to capitalize off its currency holders. If bitcoin were to become adopted as the world reserve currency, it would be a significant threat to the U.S. and its ability to operate an inflationary monetary policy for these three reasons:

1. Fixed Supply : For the first time in history, bitcoin offers an accurate measuring stick with which to view the world. As bitcoin cannot be manipulated, it will always maintain a 21 million coin supply cap. Therefore, bitcoin offers the potential to give accurate insight into supply-and-demand information. As we know, when we hit periods of economic stress, we are given feedback in the form of economic indicators (e.g. interest rates, equity prices, GDP). When we inflate the money supply to capitalize off the currency holders or dampen the underlying economic stress, we distort these economic indicators as we mask true supply and demand. This prevents the economy from accurately error-correcting.

Bitcoin, due to its lack of manipulation, does not allow any entity to capitalize off its currency holders or for the masking of stress through inflation. Instead, governments must offer value to society and solve underlying economic issues directly. This would allow one to see the world as it really is instead of one distorted by monetary expansion. With this in mind, bitcoin would expose the inflationary narrative for what it is, a way for the government to self-fund and capitalize off its currency holders.

Additionally, as individuals, we want our economic productivity to benefit us and those around us. With bitcoin, this increased productivity would accrue in the form of increased currency strength, which would allow the holders, rather than the government, to benefit. This is the case for the USD when they extract this increased productivity through inflation.

2. Decentralized : Bitcoin is a monetary system governed by rules, not rulers.52 No single entity has authority or control over bitcoin. With bitcoin’s decentralized nature, it doesn’t matter whether you are the president, an unbanked asylum seeker or a private doctor. Everybody has to play by the same rules. This would prevent influential figures from controlling monetary policy at the expense of the currency holders.

3. Self-Custody : Bitcoin is the first asset that allows the holder the ability to self-custody easily and securely. Doing so transfers power from the government and the third parties that custody our assets to the currency holders. This ensures that governments, banks and corporations act as service providers with their population and customers best interests at heart, rather than the overbearing, controlling entities that they are today.

How Come Bitcoin Sees Such Strong Opposition From Certain Individuals Within The Government?

Although Bitcoin is a technology that offers excellent benefits, we can see from the three benefits detailed above that bitcoin is at great odds with the current structure of our economy. Bitcoin directly impacts the government’s ability to capitalize off its population and currency holders as it undermines the U.S. and its currency monopoly. Therefore, it is evident why we see such opposition within the government.

Even after many rigorous studies disproving all major false narratives, bitcoin still regularly comes under fire. One study by the ex-deputy director of the CIA concluded that “the broad generalizations about the use of Bitcoin in illicit finance are significantly overstated.”53 Since 2016, only around 0.5% of bitcoin’s total transaction volume has been used for illicit activity. In comparison, within traditional finance illicit activity makes up between 2–4% of GDP. This is a stark difference to how Bitcoin is portrayed in the media, yet we continue to see misleading statements such as that by U.S. Treasury Secretary Janet Yellen, »I see the promise of these new technologies, but I also see the reality : Cryptocurrencies have been used to launder the profits of online drug traffickers; they’ve been a tool to finance terrorism.” It appears that the people in power are not interested in the truth. Instead, they are set on constructing the most damning narratives so that bitcoin is deemed detrimental to the economy in the eyes of the public.

Therefore, it does not matter that bitcoin is trying to solve financial oppression through monetary inclusion and equality. Bitcoin directly interferes with the government’s agenda by allowing individuals to opt out of inflation taxation, and so for this reason alone, bitcoin is portrayed as a threat to the U.S.

One may argue, why do we need bitcoin? Or, why not put someone in power who wants what’s best for the people? It is evident from history that people inherently want to protect their bloodline, wealth and power in society. Therefore, anyone in charge of a currency will usually end up abusing their power, and if the present person in power doesn’t, it’s just a matter of time before one will. Bitcoin removes this monetary temptation and creates an even playing field for all. Without temptation, political figures can focus on what’s best for society instead of what benefits them. Additionally, bitcoin allows the currency holders to have a say in monetary policy and ensure that any change is up to general consensus instead of those in power.

“If men were angels, no government would be necessary. If angels were to govern men, neither external nor internal controls on government would be necessary. Federalist Paper No. 51

Conclusion

Many decades ago, Milton Friedman famously said, “There’s no such thing as a free lunch.” Those words still hold true today. As shown below, no nation in history has ever maintained its global hegemony indefinitely (this is known as the Triffin paradox).54 As the global reserve currency, the U.S. cannot maintain its reserve currency status, grow its manufacturing base and preserve its sovereignty.

Rough Estimate of Relative Standing Great Empires Chart55

With the U.S. we inevitably see sacrifices when it comes to healthcare, infrastructure and domestic manufacturing. In time, these sacrifices will end up being the demise of the U.S. and its global hegemony. It will then become clear that its attacks on bitcoin and other entities that infringed on the government’s ability to capitalize off its currency holders were just the U.S.’ desperate final attempts to defend its global positioning.

However, until this day comes, bitcoin will most likely continue to be seen as a threat by the US. Therefore, it does not matter that bitcoin may be one of the most ingenious and economically productive inventions to date, or that it has an incredible ability to channel human ingenuity, transfer power and spur on the construction of a true decentralized free-market capitalist system. While the U.S. holds its global hegemony, bitcoin interferes with its ability to self-fund and push its inflationary narrative. Therefore, under the lens of the government, bitcoin does not aid economic productivity and, just like Hussein and Gaddafi, will be tarnished by the people in power and be positioned as a threat to society. As an advocate for equality and an investor in bitcoin, this attack on bitcoin can be disheartening. However, we must keep in mind :

a) The powers that be are incentivized to prevent the adoption of bitcoin as it impacts their ability to self-fund and continue their inflationary narrative. However, they cannot maintain this hegemony indefinitely.

b) Bitcoin paves the way for a new paradigm in monetary inclusion, equality and reduced financial oppression. It concurrently brings increased economic productivity, as it channels ingenuity and encourages innovation.

c) Bitcoin is a monetary system governed by rules, not rulers.56

Considering these points, one can more easily look through the fear, uncertainty and doubt (FUD) and advocate for a world of equality, where the population’s best interests are at heart and where decision-making is by consensus rather than power.

We should not let a fear of the U.S. and its overbearing nature dictate our decision to demand global monetary equality. Instead, we should embrace it. Let this fear be the fuel that stokes the fire of change. Bitcoin is attempting to transfer many millennia of centralized power through currency to the people. Of course, there will be hurdles, and, of course, there will be pushback, but that’s a small price to pay on the road toward freedom and equality.

Just like China, the Netherlands and the U.K. which all succumb to the Triffin paradox, so, too, will the U.S. But as with any global change in reserve currency comes opportunity, which brings up the important question : Who will pick up the mantle?

“I predict future happiness for Americans, if they can prevent the government from wasting the labors of the people under the pretense of taking care of them.

Opinions expressed are entirely their own and do not necessarily reflect those of BTC, Inc. or Bitcoin Magazine.

Les références

1 Gallant, Chris. “How Central Banks Can Increase or Decrease Money Supply.” Investopedia, May 18, 2021,://www./ask/answers/07/central-banks.asp.

2 Lumen. “Creating Money.” Lumen, 2021,

//courses./boundless-economics/chapter/creating-money/.

3 Federal Reserve. “Why Does the Federal Reserve Aim for Inflation of 2 Percent Over the Longer Run?” Federal Reserve, August 27, 2020,://www.federalreserve.gov/faqs/.htm.

4 Bunney, Sebastian. “When More Isn’t Better.” Bitcoin Magazine, May 12, 2021,

///culture/when-more-isnt-better-money-inflation.

5 FRED. “Assets: Total Assets: Total Assets.” FRED, July 27, 2021,://fred./series/WALCL. Google Finance. “S&P 500 Index.” Google, 2021,://www./finance/quote/.INX :INDEXSP.

6 Hayes, Adam. “Financial Repression.” Investopedia, March 1, 2021,

//www./terms/f/financial-repression.asp.

7 FRED. “Federal Debt: Total Public Debt.” FRED, June 2, 2021,://fred./series/GFDEBTN.

8 Kolakowski, Mark. “What Is Yield Curve Control?” Investopedia, July 25, 2021,

//www./what-is-yield-curve-control-4797189.

9 Amadeo, Kimberly. “How the Fed Monetizes the US Debt.” The Balance, February 20, 2021,

//www./how-is-the-fed-monetizing-debt-3306126.

10 USAspending. “Federal Deficit Trends Over Time.” USAspending, 2020,

//datalab.usaspending.gov/americas-finance-guide/deficit/trends/.

11 Werner, Richard. “Can Banks Individually Create Money Out of Nothing?” Science Direct, December 2014,://www./science/article/pii/S1057521914001070.

12 Barone, Adam. “Bank Reserves.” Investopedia, July 25, 2021,://www./terms/b/bank-reserve.asp.

13 Americans for Financial Reform. “Wall Street Money in Washington.” CNBC, March 2021,://fm./applications///editorialfiles/2021/04/14/.pdf.

14 Cigler, Allan J. Burdett A. Loomis, and Anthony J. Nownes. “Lobbying in the Shadows.” SSRN, October 7, 2014,://papers./sol3/papers.cfm.

15 fileandclaw322. “The History of the Hazard Circular.” File & Claw Archives, October 20, 2014,

//fileandclaw322./2014/10/20/history-of-the-hazard-circular/.

16 Breedlove, Robert. “Masters and Slaves of Money.” Medium, July 5, 2020,

//breedlove22./masters-and-slaves-of-money-255ecc93404f.

17 Jankélévitch, Vladimir, and Ann Hobart. “Do Not Listen to What They Say, Look at What They Do.” JSTOR, Spring 1996,://www./stable/1344022.

18 Ghosh, Iman. “How Much Do Countries Spend on Healthcare Compared to the Military?” Visual Capitalist, July 22, 2020,://www./what-do-countries-spend-on-healthcare-versus-military/.

19 The National Council. “Federal Budget.” The National Council, 2015,

//www./topics/federal-budget/; NIMH. “Suicide.” NIMH, May 2021,://www.nimh.nih.gov/health/statistics/suicide; Stimson Study Group. “Counterterrorism Spending : Protecting America While Promoting Efficiencies and Accountability” Stimson, May 2018,

//www.//files/file-attachments/.pdf.

20 Kenton, Will. “Nixon Shock.” Investopedia, July 1, 2021,://www./terms/n/nixon-shock.asp.

21 Amadeo, Kimberly. “Petrodollars and the System that Created It.” The Balance, November 22, 2020,://www./what-is-a-petrodollar-3306358.

22 Thiha Tun, Zaw. “How Petrodollars Affect the U.S. Dollar.” Investopedia, April 21, 2020,

//www./articles/forex/072915/how-petrodollars-affect-us-dollar.asp.

23 Szmigiera, M. “Countries with the Highest Military Spending Worldwide in 2020.” Statista, May 7, 2021,://www./statistics/262742/countries-with-the-highest-military-spending/.

24 Perkins, John. Confessions of an Economic Hitman. San Francisco : Berrett-Koehler Publishers, 2004.

25 Kuo, Lily, and Niko Kommenda. “What Is China’s Belt and Road Initiative?” The Guardian, 2017,://www./cities/ng-interactive/2018/jul/30/what-china-belt-road-initiative-silk-road-explainer.

26 Younge, Gary. “A Hit Man Repents.” The Guardian, January 28, 2006,

//www./books/2006/jan/28/usa.politics.

27 Guenberg, Mark. “Newly Revealed Documents Show Nixon, Kissinger Plotted Allende Overthrow from Day One.” People’s World, November 17, 2020,

//www./article/newly-revealed-documents-show-nixon-kissinger-plotted-allende-overthrow-from-day-one/.

28 Pereira, Anthony. “The US Role in the 1964 Coup in Brazil.” Wiley, June 20, 2016,

//onlinelibrary./doi/10.1111/blar.12518.

“CIA-Assisted Coup Overthrows Government of Iran.” History, August 18, 2020,

//www./this-day-in-history/cia-assisted-coup-overthrows-government-of-iran.

30 Worldometer. “Oil Reserves by Country.” Worldometer, 2016,

//www.worldometers.info/oil/oil-reserves-by-country/.

31 Gladstein, Alex. “The Hidden Costs of the Petrodollar.” Bitcoin Magazine, April 29, 2021,

///culture/the-hidden-costs-of-the-petrodollar.

32 Kessler, Glenn. “The Cheneys’ claim of a ‘deep, longstanding, far-reaching relationship’ between al-Qaeda and Saddam. 2014,

//www.//fact-checker/wp/2014/07/17/the-cheneys-claims-of-a-deep-longstanding-f ar-reaching-relationship-between-al-qaeda-and-saddam/.

33 Worldometer. “Oil Reserves by Country.” Worldometer, 2016,

//www.worldometers.info/oil/oil-reserves-by-country/.

34 Nelson, Brian. “Hugo Chavez.” Britannica, July 24, 2021,://www./biography/Hugo-Chavez.S. February 10, 2008,://www./id/wbna23098780.

35 Alvarez, Johannes, and James Fiorito. “Venezuelan Oil Unifying Latin-America.” Stanford University, June 2, 2005,://web.stanford.edu/class/e297a/Venezuelan%20Oil%20Unifying%20Latin%20America.doc.

36 English, Telesur. “Venezuela on April 11.” Venezuela Analysis, April 14, 2015,

///analysis/11335.

37 Worldometer. “Oil Reserves by Country.” Worldometer, 2016,

//www.worldometers.info/oil/oil-reserves-by-country/; Faria, Julia. “Proved Crude Oil Reserves in Africa in 2020, by Country.” Statista, June 1, 2021,

//www./statistics/1178147/crude-oil-reserves-in-africa-by-country/.

38 Millenium State. “Gold Dinar : the Real Reason Behind Gaddafi’s Murder.” Millenium State, May 3, 2019,:///blog/2019/05/03/the-dinar-gold-the-real-reason-for-gaddafis-murder/.

39 Perawongmetha, Athit. “North Korea Events of 2019.” HRW, 2019,

//www./world-report/2020/country-chapters/north-korea.

40 RT. “Gaddafi Gold-for-Oil, Dollar-Doom Plans Behind Libya ‘Mission’?” YouTube, 2011,://www./watch.

41 Cockburn, Patrick. “Amnesty Questions Claim that Gaddafi Ordered Rape as Weapon of War.” Independent, October 22, 2011,://www.independent.co.uk//world/africa/amnesty-questions-claim-gaddafi-ordered-rape-weapon-war-2302037.html; Brown, Ellen. “Why Qaddafi had to go : African gold, oil and the challenge to monetary imperialism.” Theecologist, March 14, 2016,

///2016/mar/14/why-qaddafi-had-go-african-gold-oil-and-challenge-monetary-imperialism.

42 Levitt, Matthew. “Evidence of Financial Links Between Saudi Royal Family and Al Qaeda.” New York Times, n.d.://www./interactive/projects/documents/evidence-of-financial-links-between-saudi-royal-family-and-al-qaeda. Accessed July 16, 2021.

43 Sanger, David E. “Biden Won’t Penalize Saudi Crown Prince Over Khashoggi’s Killing, Fearing Relations Breach.” New York Times, February 28, 2021,://www./2021/02/26/us/politics/biden-mbs-khashoggi.html.

44 U.S. Department of State. “U.S. Relations With Saudi Arabia.” December 15, 2020,

//www.state.gov/u-s-relations-with-saudi-arabia/; Gladstein, Alex. “The Hidden Costs of the Petrodollar.” Bitcoin Magazine, April 29, 2021,

///culture/the-hidden-costs-of-the-petrodollar.

45 Perawongmetha, Athit. “North Korea Events of 2019.” HRW, 2019,

//www./world-report/2020/country-chapters/north-korea.

46 BBC. “North Korea : What We Know About Its Missile and Nuclear Programme.” BBC, April 14, 2021,://www.//world-asia-41174689.

47 Fensom, Anthony. “Could North Korea Become the Next Oil and Gas Mega Producer?” The National Interest, December 28, 2019,:///blog/buzz/could-north-korea-become-next-oil-and-gas-mega-producer-109066.

48 Jankélévitch, Vladimir, and Ann Hobart. “Do Not Listen to What They Say, Look at What They Do.” JSTOR, Spring 1996,://www./stable/1344022.

49 Azam, Muhammad. “Does Military Spending Stifle Economic Growth? The Empirical Evidence from non-OECD Countries.” ScienceDirect, December 2020,

//www./science/article/pii/S2405844020326955.

50 van Eeden, Paul. “The End of Dollar Hegemony.” Kitco, February 24, 2006,

//www./ind/VanEeden/feb242006.html.

51 Bunney, Sebastian. “Bitcoin and the Illusion of Reality.” Bitcoin Magazine, June 15, 2021,

///culture/bitcoin-illusion-of-reality.

52 Stevens, Ross. “Stone Ridge 2020 Shareholder Letter.” MicroStrategy, 2020,

//www./en/bitcoin/documents/stone-ridge-2020-shareholder-letter.

53 Josh Kirshner and Thomas Schoenberger. “An Analysis of Bitcoin’s Use in Illicit Finance.” Crypto Council for Innovation, April 6, 2021,:////.pdf.

54 Smith, Tim. “How The Triffin Dilemma Affects Currencies.” Investopedia, June 25, 2019,

//www./financial-edge/1011/how-the-triffin-dilemma-affects-currencies.aspx.

55 Dalio, Ray. “The Changing World Order.” Principles, 2021,

//www./the-changing-world-order/.

56 Stevens, Ross. “Stone Ridge 2020 Shareholder Letter.” MicroStrategy, 2020,

//www./en/bitcoin/documents/stone-ridge-2020-shareholder-letter.