70 % des communications cryptographiques enfreignent les directives des investisseurs

    • 70 % des communications cryptographiques enfreignent les directives des investisseurs selon la FINRA
    • L'examen a révélé des violations de la règle 2210, mettant en lumière des lacunes dans la transparence des communications sur les actifs numériques
    • Les entreprises sont exhortées à mettre à jour et superviser attentivement leurs communications pour éviter d'éventuels renvois au service d'application de la FINRA

Dans un examen complet des communications cryptographiques au sein du secteur financier, la Financial Industry Regulatory Authority (FINRA) a découvert des violations potentielles dans environ 70 % des cas, mettant en lumière une lacune importante dans le respect des directives de protection des investisseurs.

Cet examen faisait partie d'un examen ciblé lancé par la FINRA en novembre 2022, axé sur les sociétés membres qui s'engagent activement auprès des clients de détail dans le domaine des actifs numériques. L'enquête, qui visait à évaluer le respect de la règle 2210 de la FINRA (communications avec le public), a révélé des tendances alarmantes.

Selon la FINRA, la règle 2210 exige que les communications des courtiers avec le public soient justes et équilibrées et fournissent une base solide pour évaluer les faits sur tout produit ou service discuté. Interdisant les allégations fausses, exagérées ou trompeuses, la règle souligne également l'importance de divulguer les faits importants pour éviter que les communications ne deviennent trompeuses.

70 % des communications cryptographiques enfreignent les directives des investisseurs

Les lacunes alarmantes dans les communications de détail liées à la cryptographie

L’examen a porté sur plus de 500 communications de détail liées aux actifs cryptographiques émanant de diverses entreprises, mettant en évidence une concentration de communications potentiellement violatrices provenant de quelques privilégiés. Ira Gluck, directeur principal du département de réglementation de la publicité de la FINRA, a souligné le besoin crucial de transparence dans les communications sur le marché de la cryptographie en expansion rapide.

Dans un épisode de podcast « non scénarisé », Gluck a déclaré :

Avec la croissance de ce marché et l’intérêt accru pour les actifs cryptographiques, les dommages potentiels causés par des communications problématiques ont également augmenté. Afin de disposer de suffisamment d’informations pour évaluer un investissement ou un service dans des actifs cryptographiques, les communications doivent décrire clairement ses risques et ses caractéristiques.

Les principales conclusions de l'analyse ont mis en évidence des violations substantielles de la règle 2210, notamment l'incapacité de faire la distinction entre les actifs cryptographiques proposés par l'intermédiaire de sociétés affiliées ou de tiers et ceux directement par le membre. Parmi les problèmes signalés figurent de fausses déclarations suggérant que les actifs cryptographiques fonctionnaient comme de l’argent liquide, des comparaisons sans fondement, des explications peu claires et des fausses déclarations concernant les lois fédérales sur les valeurs mobilières.

Amy Sochard, vice-présidente du département de réglementation de la publicité de la FINRA, a souligné l'importance de la mise à jour, exhortant les entreprises à examiner et à superviser en profondeur leurs communications de détail concernant les actifs cryptographiques. Toute constatation de violations potentielles importantes fera l'objet d'un examen plus approfondi et d'un éventuel renvoi au service d'application de la FINRA. Le rapport soulève des questions cruciales sur la nécessité d’une surveillance renforcée dans le domaine des actifs numériques en évolution rapide.

Lecture connexe | Chainlink Green : 21,9 % de retour sur investissement pour janvier brillant