Changpeng Zhao de Binance rentrera-t-il chez lui avant sa condamnation ?

  • Changpeng Zhao, ancien PDG de Binance, est impliqué dans une procédure judiciaire pour violation de la réglementation anti-blanchiment d'argent aux États-Unis.
  • L'avocat de Zhao a demandé au juge de district américain Richard Jones de maintenir les conditions de libération sous caution autorisées par le juge d'instance Brian Tsuchida afin qu'il puisse rentrer chez lui aux Émirats arabes unis en attendant sa condamnation en février 2024.
  • Les procureurs s'inquiètent du risque potentiel de fuite de Zhao et font pression pour qu'il ne puisse pas voyager à l'étranger en raison du manque d'un traité d'extradition entre les États-Unis et les Émirats arabes unis.
  • Zhao a néanmoins respecté une caution considérable de 175 millions de dollars dans le cadre de son engagement à faire face aux accusations et ses avocats affirment qu'il a agi avec responsabilité en se présentant volontairement devant la justice américaine.

L’ancien PDG de Binance, Changpeng Zhao, est impliqué dans une procédure judiciaire pour violation de la réglementation anti-blanchiment d’argent aux États-Unis. Il a supplié son équipe juridique de rentrer chez lui aux Émirats arabes unis avant sa condamnation.

Zhao, qui a renoncé à son poste de PDG après avoir plaidé coupable, risque une peine de prison et des sanctions financières importantes.

Changpeng Zhao de Binance veut rentrer chez lui

L’avocat de Changpeng Zhao a demandé au juge de district américain Richard Jones de maintenir les conditions de libération sous caution autorisées par le juge d’instance américain Brian Tsuchida. Ces conditions permettraient à Zhao, citoyen émirati et canadien, de quitter les États-Unis en attendant sa condamnation le 23 février 2024.

Changpeng Zhao de Binance rentrera-t-il chez lui avant sa condamnation ?

Zhao a respecté une caution considérable de 175 millions de dollars dans le cadre de son engagement à faire face aux accusations.

Le ministère de la Justice a toutefois exprimé ses inquiétudes quant au risque potentiel de fuite de Zhao. L’agence fédérale a souligné l’absence de traité d’extradition entre les États-Unis et les Émirats arabes unis.

En effet, les procureurs font pression pour revenir sur la décision de laisser Zhao voyager à l’étranger. Compte tenu de ses vastes ressources financières, ils affirment qu’il pourrait être difficile d’assurer le retour de Zhao après sa condamnation.

« Dans la grande majorité des cas, un accusé multimilliardaire qui a plaidé coupable, risque une peine de prison et vit dans un pays qui n’extrade pas ses citoyens vers les États-Unis serait détenu », ont déclaré les avocats.

Pourtant, les représentants légaux de Zhao affirment qu’il a fait preuve de responsabilité en se présentant volontairement aux États-Unis. Ils affirment que son retour aux Émirats arabes unis lui permettrait de préparer sa famille à la prochaine condamnation. Étonnamment, le juge Tsuchida semble être d’accord.

Dans un récent dossier, le juge Tsuchida a soutenu que les actions de Zhao « sont plus éloquentes que les inquiétudes ». Il maintient que Zhao n’avait aucune obligation de se rendre aux États-Unis, mais qu’il l’a fait car son intention était « de résoudre cette affaire, pas de s’enfuir ».

« Sur la base de tous les faits pertinents, y compris la reddition volontaire de M. Zhao, son intention de résoudre cette affaire et l’importante somme de caution qu’il a proposée, le juge Tsuchida a conclu que M. Zhao ne présente aucun risque de fuite, même s’il réside dans le pays. Émirats arabes unis », indique le dossier.

L’implication de Changpeng Zhao dans l’échec de Binance à mettre en œuvre un programme efficace de lutte contre le blanchiment d’argent a eu des répercussions importantes. Les autorités américaines ont accusé l’entreprise d’avoir violé les lois anti-blanchiment et les sanctions, en omettant de signaler plus de 100 000 transactions suspectes, y compris des transactions avec des entités que les États-Unis qualifient d’organisations terroristes.

« À ce sujet, je suis fier de souligner que dans nos résolutions avec les agences américaines, elles n’allèguent pas que Binance a détourné des fonds d’utilisateurs, et n’allèguent pas que Binance s’est livrée à une quelconque manipulation de marché. Les fonds sont SAFU », a déclaré Zhao.

Lire la suite : 7 meilleures alternatives Binance en 2023

Dans le cadre d’un accord de plaidoyer, Binance s’apprête à payer plus de 4,3 milliards de dollars à la Commodity Futures Trading Commission des États-Unis. La demande de retour de Zhao dans son pays reste controversée, avec une peine potentielle allant jusqu’à 18 mois de prison imminente.

/h3>

Cet article de presse vise à fournir des informations précises et actuelles