L'approche marketing de Blast « dévalorise le travail d'une équipe sérieuse » : Paradigm

[pxn_tldr]

La société de capital-risque cryptographique Paradigm a critiqué la stratégie de marketing protocolaire de Blast, affirmant que la startup « a franchi les limites à la fois dans la messagerie et dans l’exécution ». La société de capital-risque est un investisseur d’amorçage dans Blast.

Le responsable de la recherche chez Paradigm, Dan Robinson, a partagé une déclaration sur X (anciennement Twitter) exprimant son désaccord sur la décision de Blast de lancer un pont avant son réseau de couche 2 et de ne pas autoriser les retraits pendant trois mois. « Nous pensons que cela crée un mauvais précédent pour d’autres projets », a écrit Robinson, ajoutant qu' »une grande partie du marketing déprécie le travail d’une équipe sérieuse ».

Par exemple

/blockquote>

L'approche marketing de Blast « dévalorise le travail d'une équipe sérieuse » : Paradigm

a noté Robinson, soulignant qu’« il existe encore de nombreux points de désaccord » entre les sociétés.

Malgré les critiques, le responsable de la recherche a également reconnu que l’équipe de Blast est composée de « constructeurs de classe mondiale », dotés d’une « capacité démontrée à créer d’excellents produits ». La structure de gouvernance de Blast n’est pas claire, tout comme le rôle de Paradigm dans le processus décisionnel de la startup. Selon Robinson :

Mais nous comprenons que les gens peuvent se tourner vers nous pour donner l’exemple en matière de meilleures pratiques en matière de cryptographie. Nous n’approuvons pas ce genre de tactique et assumons notre responsabilité dans l’écosystème au sérieux.

a déclaré que la centralisation du réseau pose un risque de sécurité important.

De plus, Watts a noté que Blast « n’est qu’un multisig 3/5 », ce qui signifie que si un attaquant accède aux clés de trois membres de l’équipe sur cinq, il peut voler toutes les crypto-monnaies déposées dans les contrats de Blast.

Watts a également affirmé que Blast « n’est pas une couche 2 », mais simplement « accepte les fonds des utilisateurs » et « met les fonds des utilisateurs dans des protocoles comme LIDO » sans utiliser de ponts ou de testnet. De plus, il a critiqué le manque de fonctionnalité de retrait. Pour se retirer à l’avenir, les utilisateurs doivent être sûrs que les développeurs ajouteront une fonctionnalité de retrait à l’avenir.

Malgré la controverse entourant son lancement, Blast a amassé plus de 555 millions de dollars en valeur totale verrouillée (TVL) depuis son lancement il y a quelques jours. Le protocole prétend être « le seul Ethereum L2 avec un rendement natif pour l’ETH et les pièces stables ». Un parachutage est prévu pour janvier.

Revue : Les DAO sont-ils surfaits et irréalisables ? Les leçons du front