Les Canadiens manifestent un intérêt décroissant pour les investissements en cryptographie : selon une étude


Une étude récente indique que l’enthousiasme des Canadiens pour l’investissement en cryptographie a diminué par rapport à l’année précédente. De plus, ils sont désormais moins enclins à percevoir la cryptographie comme un facteur important dans l’économie actuelle ou à anticiper son importance future.

Le 29 novembre, la CVMO a publié son « Crypto Assets Survey 2023 », menée en collaboration avec Ipsos fin mai. L’enquête, qui a porté sur 2 360 Canadiens représentant un échantillon proportionnel de la population en termes de sexe, d’âge et de région, révèle un scepticisme dominant à l’égard de la cryptographie dans le pays.

Résultats

La possession de crypto chez les Canadiens a diminué au cours de la dernière année, passant de 13 % en 2022 à 10 % en 2023. En termes de données démographiques, la majorité de ces propriétaires de crypto sont probablement des hommes âgés de 25 à 44 ans, titulaires d’un diplôme de premier cycle. ou plus et exercent un emploi à temps plein.

Les Canadiens manifestent un intérêt décroissant pour les investissements en cryptographie : selon une étude

Le pourcentage de Canadiens capables de fournir une définition fondamentale de la cryptographie est passé de 51 % en 2022 à 54 % en 2023. Cependant, la conviction que la crypto « jouera un rôle clé à l’avenir » est tombée à 34 %, contre 49 % auparavant. en 2022.

Parmi les personnes interrogées, 77 % des propriétaires d’actifs cryptographiques ont exprimé leurs regrets d’avoir acheté des actifs cryptographiques il y a plus d’un an, alors que ce chiffre s’élevait à 68 %.

En 2023 et 2022, la principale justification invoquée pour l’achat de cryptomonnaies est son rôle d’investissement spéculatif ou de pari. Cependant, le nombre de propriétaires de crypto qui déclarent acheter des actifs numériques comme investissement à long terme est passé de 29 % en 2022 à 20 % en 2023.

Les bourses de trading de cryptomonnaies restent le moyen le plus courant d’acquérir des BTC et des alts, avec 52 % des propriétaires déclarant avoir utilisé une telle plateforme, un chiffre inchangé par rapport à 2022. Au total, 19 % ont acquis leurs actifs cryptographiques via une bourse décentralisée, 16 % via l’exploitation minière ou le jalonnement, 14 % les ont reçus gratuitement, 14 % via un événement de génération de jetons ou une offre initiale et 14 % par l’intermédiaire d’amis, de famille ou de collègues.

Par rapport à 2022, un pourcentage plus élevé a déclaré avoir obtenu des actifs cryptographiques via un échange décentralisé ou un guichet automatique, tandis qu’un pourcentage plus faible l’a fait par l’intermédiaire d’amis, de famille ou de collègues.

Le rapport note que l’évolution vers l’acquisition via un DEX ou des guichets automatiques était principalement influencée par les personnes âgées de 18 à 34 ans, qui étaient plus enclines à le faire par rapport à 2022. En 2023, 25 % ont acquis leurs actifs cryptographiques via un DEX, contre 18 %. % en 2022. De plus, 15 % des utilisateurs ont acquis des actifs cryptographiques via des guichets automatiques en 2023, contre 8 % en 2022.

Pendant ce temps, seulement 15 % de cette tranche d’âge ont obtenu leurs actifs cryptographiques par l’intermédiaire d’amis, de famille ou de collègues en 2023, contre 25 % en 2022.

La majorité des Canadiens ne sont pas intéressés par les CBDC

Ce pessimisme reflété dans le rapport peut être attribué au moment précis de la recherche, lorsque le marché de la cryptographie était sous une pression baissière importante. Cependant, les Canadiens ne semblent pas non plus très favorables à une CBDC.

Les résultats d’un nouveau sondage de la Banque du Canada, qui a recueilli 89 424 réponses d’un large éventail de Canadiens, ont révélé une opposition écrasante à l’exploration et à l’émission par la banque centrale d’un huard numérique. Les préoccupations concernant les violations potentielles de la vie privée et la préférence pour les méthodes de paiement existantes étaient importantes, 85 % des répondants déclarant qu’ils n’utiliseraient pas de dollar canadien numérique.

OFFRE SPÉCIALE (Sponsorisée)